BFMTV

Fusée chinoise hors de contrôle: le Pentagone ne prévoit pas de la détruire

Le bâtiment du Pentagone (photo d'illustration)

Le bâtiment du Pentagone (photo d'illustration) - AFP

Ce n'est pas la première fois que la Chine perd le contrôle d'un vaisseau spatial lors du retour sur Terre.

Le chef du Pentagone, Lloyd Austin, a assuré ce jeudi ne pas prévoir de détruire la fusée chinoise qui doit effectuer ce week-end une rentrée incontrôlée dans l'atmosphère, tout en critiquant à demi-mot Pékin pour en avoir perdu la maîtrise.

"Selon les dernières estimations que j'ai vues, c'est prévu pour le 8 ou le 9" mai, a indiqué le ministre américain de la Défense au cours d'une conférence de presse.

"À ce stade, nous n'avons pas prévu de détruire la fusée", a-t-il ajouté. "Nous espérons qu'elle tombera à un endroit où elle ne fera de mal à personne, dans l'océan ou un endroit comme ça, nous l'espérons".

Une possible désintégration de la fusée

La Chine a lancé la semaine dernière le premier des trois éléments de sa station spatiale, la "CSS", qui a été propulsée par une fusée Longue-Marche 5B. C'est le corps de cette fusée qui doit atterrir dans les prochains jours, et personne ne sait où.

Après la séparation du module spatial, le lanceur s'est mis à tourner en orbite autour de la planète selon une trajectoire irrégulière, perdant lentement de l'altitude, ce qui rend toute prédiction sur son point d'entrée dans l'atmosphère, et donc son point de chute, quasiment impossible.

Il est possible qu'elle se désintègre à l'entrée dans l'atmosphère, ne laissant que des débris limités s'écraser. Et si elle reste entière, la planète étant composée à 70% d'eau, il y a de fortes chances que la fusée s'abîme en mer, mais sans certitude donc. Elle pourrait ainsi s'écraser sur une zone habitée ou sur un navire.

"Une obligation d'opérer de façon sécurisée et réfléchie"

Sans citer nommément les autorités chinoises, Llyod Austin a laissé entendre que le lancement de la fusée chinoise n'avait pas été planifié avec suffisamment de soin.

"Cela témoigne du fait que, pour ceux d'entre nous qui opérons dans l'espace, il y a ou il devrait y avoir une obligation d'opérer de façon sécurisée et réfléchie et de prendre tout ceci en considération en planifiant des opérations", a-t-il ajouté.

Ce n'est pas la première fois que la Chine perd le contrôle d'un vaisseau spatial lors du retour sur Terre. En avril 2018, un laboratoire spatial Tiangong-1 s'était désintégré à la rentrée dans l'atmosphère, deux ans après avoir cessé de fonctionner. Les autorités chinoises avaient nié l'idée que le laboratoire ait échappé à leur contrôle.

S.B.M avec AFP