BFMTV

Fisc, AP: l'administration Obama dans la tourmente

Barack Obama

Barack Obama - -

Une série d'affaires embarrassantes font la joie des adversaires républicains du Président américain, qui tente de se justifier.

Groupes conservateurs visés par des agents du fisc, saisie de relevés téléphoniques de journalistes: l'administration de Barack Obama est empêtrée dans une série d'affaires embarrassantes.

L'agence AP dénonçait ainsi lundi une "intrusion massive et sans précédent" du ministère de la Justice, qui se serait secrètement saisi de deux mois de relevés téléphoniques de l'agence et de certains de ses journalistes.

Opération de la CIA

Selon AP, l'enquête qui a justifié cette saisie concerne un article sur une "opération de la CIA au Yémen qui a empêché au printemps 2012 un complot d'Al-Qaïda visant à faire exploser une bombe dans un avion pour les Etats-Unis".

Très sévère dans sa lutte contre les fuites d'informations confidentielles, l'administration Obama a dû se défendre mardi, justifiant la saisie de relevés téléphoniques de l'agence de presse par un cas de force majeure.

Une des fuites "les plus graves"

"Il faut faire en sorte que des informations secrètes ne fassent pas l'objet de fuites, parce que cela peut menacer nos intérêts de sécurité nationale", s'est exprimé le ministre Holder, sous le feu des critiques.

Pour lui, c'était une des fuites "les plus graves" qu'il ait jamais connues dans sa carrière.

Pour James Cole, l'adjoint du ministre, le règlement prévoit "la saisie de relevés téléphoniques d'organisations médiatiques seulement en certaines circonstances" et étant donné "la nature de cette enquête pénale impliquant des informations ultra-secrètes", cette saisie "a été limitée à une période de temps raisonnable et n'a pas concerné le contenu des appels".

"Les Américains en danger"

La procédure n'en est pas moins "inexcusable" pour le sénateur démocrate Harry Reid qui "a du mal à défendre ce qu'a fait le ministère de la Justice". Pour lui, "il n'y a aucun moyen de le justifier".

De son côté, le président de Reporters sans Frontière, Christophe Deloire a dénoncé "une violation flagrante des garanties constitutionnelles".

Le fisc cible des conservateurs

L'ACLU, une puissante association de défense des droits civiques, y a vu une attaque contre la liberté de la presse, qui devrait pouvoir informer le public "sans la menace d'être surveillée de manière injustifiée".

"Je suis surpris et inquiet de voir l'étendue du coup de balai effectué pour saisir les relevés téléphoniques chez AP", pointe David Pozen, spécialiste de sécurité nationale à la Columbia University, parlant d'une "interprétation large" des pouvoirs du ministère.

L'administration Obama qui se veut très active dans "sa traque des fuites" fait également face à d'autres scandales. Notamment l'affaire du fisc qui a reconnu vendredi, avoir ciblé des groupes politiques conservateurs. Obama souhaite mercredi, que les personnels en question "rendent des comptes" en raison de leur comportement "intolérable et inexcusable".


A LIRE AUSSI:

>>USA: l'agence AP dénonce une "intrusion massive" du gouvernement

S. T. avec AFP