BFMTV

Etats-Unis: un juge ne veut pas voir les élèves transgenres utiliser les toilettes de leur choix

Un panneau de genre neutre à l'entrée de toilettes, à Durham en Caroline du Nord (photo d'illustration)

Un panneau de genre neutre à l'entrée de toilettes, à Durham en Caroline du Nord (photo d'illustration) - SARA D. DAVIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

D'après des règles édictées en mai dernier, les élèves transgenres des écoles américaines peuvent se rendre dans les toilettes de leur choix. Mais un juge texan vient de bloquer cette mesure, juste avant la rentrée scolaire.

La "bataille des toilettes" n'est pas encore terminée aux Etats-Unis. En mai dernier, les autorités ont édicté des règles demandant aux établissements scolaires de laisser leurs élèves transgenres choisir les toilettes de leur choix, en fonction de leur identité sexuelle et non selon leur sexe de naissance. Mais le 21 août dernier, un juge texan a déposé une action en justice contre le gouvernement fédéral à propos de ces nouvelles règles. Tout comme douze autres Etats.

Le sexe d'une personne déterminé à "sa naissance" 

Selon Reed O'Connor, juge au Texas depuis 2007 et sa nomination par Georges W. Bush, le gouvernement fédéral a violé les procédures et a mal interprété les lois existantes en émettant de telles directives.

"Les lignes directrices sont en pratique les textes de loi, pas seulement des interprétations ou des affirmations politiques, parce qu'ils établissent des standards légaux clairs", a dit le magistrat.

Les lois fédérales existantes concernant le sexe d'une personne ont été édictées avec l'intention de se limiter "aux différences biologiques et anatomiques entre étudiants garçons et filles telles que déterminées à leur naissance", a-t-il ajouté.

L'administration Obama reste confiante

Le juge O'Connor a toutefois noté que sa décision ne contraignait pas les Etats qui veulent suivre les recommandations fédérales, mais chaque Etat est en mesure de les ignorer sans craindre de se mettre hors la loi.

En réponse à ce détricotage des consignes par ce juge texan, l'administration Obama s'est dite confiante de leur légalité.

M.L. avec AFP