BFMTV

Etats-Unis: un an après avoir tué Michael Brown, l'ex-policier de Ferguson ne regrette rien

Dans une interview à paraître prochainement, l'ancien membre des forces de l'ordre américaines, Darren Wilson, est revenu de manière désinvolte sur l'homicide qu'il a commis sur un jeune Noir américain, pour lequel il n'a pas été inculpé.

Dans une interview à paraître prochainement, l'ancien membre des forces de l'ordre américaines, Darren Wilson, est revenu de manière désinvolte sur l'homicide qu'il a commis sur un jeune Noir américain, pour lequel il n'a pas été inculpé. - St. Louis County Prosecutor - AFP

Dans une interview à paraître prochainement au New Yorker, l'ancien membre des forces de l'ordre américaines, Darren Wilson, revient de manière désinvolte sur l'homicide qu'il a commis sur un jeune Noir américain, pour lequel il n'a pas été inculpé. Et qui avait relancé le douloureux débat sur le racisme aux Etats-Unis.

Il ne regrette rien. Et le fait clairement savoir. L'ex-policier Darren Wilson, qui a abattu il y a un an Michael Brown, un jeune Noir non armé à Ferguson, s'est montré désinvolte un an après l'homicide pour lequel il n'a pas été inculpé mais qui a déclenché des émeutes raciales sans précédent ces dernières années aux Etats-Unis.

L'ancien agent de police de 29 ans, dont le magazine New Yorker dresse un long portrait dans sa dernière édition datée du 10 août, n'a pas lu le rapport accablant du ministère de la Justice sur la police de Ferguson.

"Je ne vais pas continuer à vivre dans le passé"

"Je ne vais pas continuer à vivre dans le passé après ce que Ferguson a fait. J'ai n'ai pas de contrôle sur cela", déclare-t-il. "Tout le monde se précipite pour dire que c'est une question de race. Ce n'en est pas une", assure-t-il plus loin.

Darren Wilson a été demis de ses fonctions mais pas poursuivi en justice. En novembre, un grand jury avait décidé de ne pas l'inculper au pénal, une décision approuvée en mars par le ministère fédéral de la Justice, déclarant qu'il n'y avait pas assez de preuves pour le poursuivre.

Depuis un an, l'ex-policier, qui n'a pas retrouvé de travail et estime que son passé le rend "inemployable", mène une existence "très tranquille" à Saint Louis dans le centre des Etats-Unis, tout près de Ferguson.

Il a pu s'offrir une maison grâce à des "dons"

Avec son épouse, également une ancienne policière, il a acheté une maison grâce aux quelque 500.000 dollars de fonds récoltés par des soutiens ayant dressé Darren Wilson au rang de "héros", estimant que son cas illustre les difficultés du métier de policier dans les zones sensibles.

Interrogé au sujet de Michael Brown, l'ex-policier n'apparaît pas troublé par le décès du jeune homme. "Est-ce que je pense à qui il était en tant que personne? Pas vraiment, parce qu'à ce stade, cela n'a pas d'importance. Est-ce que je pense qu'il a eu la meilleure éducation? Non. Pas du tout", confie-t-il au New Yorker.

Le douloureux débat sur le racisme envers les Noirs relancé

L'auteur de l'interview souligne que l'ex-policier emploie parfois d'un "langage racial codé". En analysant le comportement de jeunes Noirs lors d'une interpellation qu'il a menée, il déclare ainsi: "ils sont tellement empêtrés dans une culture différente", sans être capable de préciser sa pensée au journaliste.

La mort de Michael Brown le 9 août 2014 a fait resurgir un vif débat sur le racisme envers les Noirs, ravivé dans les mois qui ont suivi par plusieurs bavures policières au cours desquelles des policiers blancs ont tué des hommes noirs non armés.

Jé. M. avec AFP