BFMTV
États-Unis

États-Unis: manifestations après la vidéo d'un homme noir criblé de balles par la police

Des manifestants à Akron, dans l'Ohio, le 3 juillet 2022

Des manifestants à Akron, dans l'Ohio, le 3 juillet 2022 - Matthew Hatcher / AFP

A l'issue du premier rassemblement, une foule était restée dans la rue pour protester à la tombée de la nuit. Aucune violence n'avait été signalée.

Des centaines de personnes ont manifesté ce dimanche à Akron, dans l'Ohio, après la diffusion d'une vidéo montrant l'homicide par des policiers d'un homme noir qui, selon son avocat, a été atteint par 60 balles. Alors que les autorités ont appelé au calme, une foule a défilé en direction de l'hôtel de ville avec des banderoles réclamant "Justice pour Jayland".

Jayland Walker, 25 ans, a été tué le 27 juin alors qu'il fuyait des policiers à pied après une poursuite en voiture consécutive à une tentative d'interpellation pour infraction routière. Une vidéo très violente diffusée dimanche par la police montre le jeune homme être criblé de balles.

Plus de 60 balles

Des associations antiracistes avaient appelé à une quatrième journée de manifestation dimanche dans cette ville de 190.000 habitants proche de Cleveland. Ces rassemblements sont restés pacifiques, à l'exception d'un moment de tension lorsque des manifestants se sont approchés d'un cordon de policiers et les ont invectivés.

A l'issue du premier rassemblement, une foule était restée dans la rue pour protester à la tombée de la nuit. Aucune violence n'avait été signalée. Cependant, par crainte de troubles, les autorités ont placé des équipements lourds, comme des chasse-neige, autour du commissariat de police pour le protéger.

D'abord avares d'informations sur l'incident, les autorités d'Akron ont finalement dévoilé dimanche deux vidéos. L'une est une compilation de vidéos et de captures d'écran de caméras individuelles de policiers, accompagnée d'un commentaire. La seconde est une séquence complète de la poursuite et de la fusillade, issue également d'une caméra de policier.

A.G avec AFP