BFMTV

Donald Trump: les femmes qui avortent méritent "une punition"

Le favori de la primaire républicaine n'a pas précisé quelles sanctions pourraient être infligées aux femmes qui se font avorter, mais voudrait rendre l'acte illégal.

Nouvelle déclaration choc de Donald Trump. Le favori de la primaire républicaine aux Etats-Unis s'en est pris ouvertement ce mercredi à l'avortement en déclarant lors d'une interview sur MSNBC que les femmes qui se faisaient avorter illégalement devraient faire face à "une certaine forme de punition". 

Donald Trump s'était déjà attaqué aux interruptions de grossesse en annonçant qu'il voulait rendre l'acte médical illégal. Interrogé une nouvelle fois sur cette question, qui divise jusque dans le camp républicain, il parle de "très sérieux problème, un problème que nous devons régler". Pressé par le journaliste, le milliardaire finit par déclarer qu'"il devra y avoir une certaine forme de punition". Sans préciser pour autant quelle sorte de sanctions il pourrait faire voter. 

Reconnaissant volontiers que l'interdiction de l'avortement entraînerait une augmentation des pratiques illégales, l'équipe de campagne de Donald Trump a tenté d'éteindre la polémique. Dans un communiqué, le porte-parole du candidat explique que la législation sur l'avortement n'était "pas claire" et que la décision devrait revenir "aux Etats". "Comme Ronald Reagan, je suis pro-vie avec des exceptions, que j'ai énumérées à plusieurs reprises", est-il écrit dans le texte. Son fils a tenté également de le défendre en assurant que son père ne parlait que des avortements illégaux.

"Horrible"

Mais il n'en fallait pas moins pour que ses adversaires s'indignent après ces déclarations. A commencer par Ted Cruz, son rival dans la primaire républicaine. "Ne pas trop réfléchir: Trump ne comprend pas la position des pro-vie, car il n'est pas pro-vie", raille le porte-parole du sénateur du Texas, Brian Phillips. Avant d'expliquer qu'il s'agissait d'"une preuve supplémentaire de ce qu'il est un menteur. Trump n'est et n'a jamais été pro-vie".

Hillary Clinton, prétendante à l'investiture démocrate, a violemment dénoncé la proposition de Trump. "Juste quand vous pensez qu'il ne pouvait pas faire pire... Horrible et révélateur", a écrit sur Twitter l'ancienne secrétaire d'Etat de Barack Obama. "Honteux", a complété l'équipe de campagne de Bernie Sanders, le rival démocrate de Hillary Clinton.

J.C.