BFMTV

Discrimination: Obama s'engage à protéger les employés fédéraux homosexuels

Barack Obama a signé ce lundi 21 juillet le décret contre la discrimination des personnes homosexuelles dans l'administration fédérale.

Barack Obama a signé ce lundi 21 juillet le décret contre la discrimination des personnes homosexuelles dans l'administration fédérale. - -

Obama met fin à une discrimination envers les personnes LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) en signant un décret interdisant le licenciement d'un employé de la fonction publique au seul motif de sa sexualité ou de son identité de genre.

Les employés du parc national de Yosemite, du service des Impôts, de l'Immigration ou du zoo national de Washington par exemple, vont pouvoir afficher ouvertement leur homosexualité sans prendre le risque de perdre leur emploi, ce qui n'était pas le cas jusqu'ici.

Le président américain Barack Obama a signé lundi un décret qui empêche le licenciement d'un employé fédéral ou d'une entreprise travaillant pour l'Etat au seul motif de sa sexualité ou de son identité de genre, comme le rapporte le Washington Post.

En 2011, Barack Obama avait déjà mis fin à la loi du "Don't ask, don't tell" dans l'armée. Il applique ici, une autre de ses promesses de campagne.

28 millions de personnes concernées

"Les contrats fédéraux américains ne doivent pas subventionner les discriminations contre les Américains", a déclaré Barack Obama. Il ajoute ainsi l'orientation sexuelle et l'identité de genre à une liste de discriminations déjà établie et qui inclut la race, la couleur, la religion, le sexe ou l'origine nationale.

Le décret signé par Barack Obama interdit ainsi le harcèlement de salariés fédéraux sur la base de leur orientation sexuelle ou de leur genre, et bannit explicitement la discrimination envers les employés transgenres. Selon le Huffington Post américain, 24.000 entreprises employant 28 millions de personnes sont concernées.

Pas d'"exception religieuse"

Jusqu'ici, le simple fait d'être homosexuel est un motif suffisant pour être licencié dans 32 Etats américains, les 18 autres ayant déjà légiféré individuellement. C'est aussi une raison légale pour ne pas engager quelqu'un.

A la grande satisfaction des associations LGBT, le président n'a pas inclus de nouvelle exemption religieuse, contrairement à ce que réclamaient des organisations religieuses.

Les activistes LGBT espèrent pour leur part que la mesure prise pour les personnes travaillant directement ou indirectement pour l'Etat fédéral pourra être étendue à l'ensemble des salariés américains. Pour cela, il faudrait que le Congrès décide de mettre à son ordre du jour la loi sur la non-discrimination à l'emploi, déjà votée par le Sénat.

Marc Pédeau