BFMTV

Convention républicaine: une oratrice écartée pour avoir relayé une théorie du complot antisémite

Le président américain Donald Trump et le vice-président Mike Pence, au premier jour de la convention républicaine, le 24 août 2020 à Charlotte, en Caroline du Nord.

Le président américain Donald Trump et le vice-président Mike Pence, au premier jour de la convention républicaine, le 24 août 2020 à Charlotte, en Caroline du Nord. - Brendan Smialowski © 2019 AFP

Fervente supportrice de Trump, elle a partagé une théorie conspirationniste proche du mouvement "QAnon" avant de présenter ses excuses, explicant "ne pas avoir lu tous les messages qu'elle contenait".

Mary Ann Mendoza, une supportrice de Donald Trump qui devait intervenir ce mardi, lors deuxième jour de la convention républicaine, a été retirée du programme à la dernière minute après avoir relayé une théorie du complot antisémite, rapportent les médias américains. Elle devait s'exprimer au sujet de son fils Brandon, un policier tué en 2014 par un conducteur en état d'ébriété qui se trouvait illégalement aux Etats-Unis.

Son intervention a été annulée après qu'elle a partagé mardi sur Twitter une théorie complotiste défendue par les adeptes de la mouvance d'extrême droite conspirationniste "QAnon". Selon les adeptes de cette nébuleuse, qui inquiète le FBI, les États-Unis sont dirigés depuis des décennies par une organisation criminelle impliquant les Clinton, les Obama, les Rothschild et d'autres membres de l'élite mondiale.

"Rendez-vous service et lisez cette discussion", a tweeté Mary Ann Mendoza à ses 41.000 abonnés.

"Je m'excuse"

Elle a ensuite retiré son message et présenté ses excuses: "J'ai partagé plus tôt une longue discussion sans lire chacun des messages qu'elle contenait. Je m'excuse de ne pas avoir prêté attention à la tonalité de l'ensemble du message".

"Cela ne reflète en aucun cas mon sentiment ou mes idées", a-t-elle insisté.

Le président américain Donald Trump avait affirmé la semaine dernière ne pas savoir "grand-chose" sur les adeptes de la mouvance "QAnon". "J'ai compris qu'ils m'aiment beaucoup, ce que j'apprécie", avait-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Par MH avec AFP