BFMTV

CARTE - Le contrôle des armes aux Etats-Unis, un casse-tête

BFMTV a classé les Etats selon leur législation en terme de contrôle, en y ajoutant les principales fusillades depuis 1966.

BFMTV a classé les Etats selon leur législation en terme de contrôle, en y ajoutant les principales fusillades depuis 1966. - -

Le contrôle des armes aux Etats-Unis ne relève généralement pas de la loi fédérale. Résultat : une disparité absolue et un contrôle impossible, de nouveau mis en évidence par le drame de Newtown. Mise au point avec notre carte interactive.

Le contrôle des armes, vieux serpent de mer de la vie politique américaine, a bien vite refait surface après la fusillade qui a accablé la petite ville de Newtown, dans le Connecticut, le 14 décembre. Tradition fédéraliste oblige, c’est un sujet extrêmement compliqué tant la situation diffère d’un Etat à un autre.

L’Etat fédéral lui-même ne joue presque aucun rôle dans ce domaine, si ce n'est que le second amendement de la Constitution autorise les citoyens à s’armer pour se défendre. Les fusillades touchent pourtant tout le territoire, et ont fait de 2012 l’année la plus sanglante qu’ait connu les Etats-Unis.

Il se pourrait pourtant que les choses évoluent : Barack Obama a annoncé le 18 décembre qu'il soutenait la proposition de loi d'une sénatrice démocrate visant à interdire complètement la vente, le transfert, la fabrication et l'importation d'une liste d'une centaine de modèles de fusils d'assaut.

Peu de restrictions fédérales

Certes, les Gun Free zones existent et interdisent formellement les armes en zone scolaire. Il y a aussi la loi Brady, votée au Congrès en 1993, qui a rendu obligatoire les vérifications d’antécédents criminels et psychiatriques à chaque achat.

Mais deux failles la rendent presque inefficiente. D’une part elle ne concerne que les armuriers traditionnels, laissant de côté l’occasion ou les foires, soit 40% des achats d’armes.

Surtout, le fichier lui-même n’est pas fiable, les informations n’étant pas systématiquement transmises au FBI. En fait, sur les 50 Etats, 13 ne consultent que le casier dans l’Etat du vendeur.

En Californie, l'Etat le plus restrictif, chaque achat est soumis à vérification au fichier fédéral, les chargeurs à haute capacité et les armes d’assaut sont proscrites et les acheteurs, qui ne peuvent obtenir qu’une arme de poing par mois, doivent réussir un examen écrit.

Une disparité ingérable

Mais devant une telle disparité de règles sur un même territoire, les interdictions de certains Etats ne pèsent pas lourd. Il est facile de se procurer ailleurs ce qui est interdit là où on habite.

-
- © -

Dans le Connecticut, l’Etat où s’est déroulé le drame, la possession comme le transfert de fusils d’assaut est interdit. Pourtant, c’est bien un fusil d’assaut Bushmaster M4 qui a été retrouvé sur place par la police, selon le New York Times.

De plus, les lois existantes ne sont parfois pas renouvelées, ré-autorisant de fait des armes auparavant interdites. C’est le cas de celle qui interdisait, de 1994 à 2004 la production et la vente des fusils d’assaut, dont la définition légale reste floue.

Législation versus fusillades

Pour tenter de s’y retrouver devant une telle disparité de règles, BFMTV.com a classé les Etats selon la note que leur accorde la Brady Campaign, une organisation qui milite pour un sévère contrôle de l’armement.

Attribuées sur 100, les notes sanctionnent les moyens de régulation comme l’existence d’une licence d’Etat, une limite d’achat mensuelle selon une classification précise des types d’armes ou les contrôles nécessaires pour obtenir ladite licence.

Selon ces critères, une majorité des Etats obtiennent une note inférieure à 10. Les panneaux rouges représentent les principales fusillades de masse depuis 1966.

>> Voir la carte interactive :

>> Légende :

• Rouge : moins de 10

• Orange : entre 20 et 25

• Jaune : entre 25 et 50

• Vert : plus de 50

La couleur des Etats est une note attribuée par Brady Campaign, un organisme qui milite pour un plus grand contrôle des armes.

>> Voir notre dossier sur la fusillade de Newtown

Olivier Laffargue