BFMTV

Baltimore: six policiers poursuivis pour "l'homicide" de Freddie Gray

Six policiers poursuivis pour "l'homicide" de Freddie Gray, à Baltimore.

Six policiers poursuivis pour "l'homicide" de Freddie Gray, à Baltimore. - AFP

Selon l'enquête et l'autopsie, Freddie Gray est mort d'une "blessure qui lui a été fatale alors qu'il ne portait pas de ceinture dans le fourgon de police où il avait été embarqué". Six policiers sont poursuivis pour son "homicide", a annoncé vendredi la procureure.

C'est une décision historique. Six policiers sont poursuivis pour la mort de Freddie Gray, décédé une semaine après son interpellation musclée à Baltimore, qualifiée ce vendredi d'"homicide" par la procureure de l'Etat du Maryland.

Marilyn Mosby présentait devant la presse les rapports d'une enquête sur la mort du jeune homme de 25 ans le 19 avril, qui a entraîné des émeutes dans cette ville de l'est des Etats-Unis. Elle a annoncé que six policiers, qui avaient été suspendus la semaine dernière, seraient poursuivis notamment pour homicide involontaire.

La maire de Baltimore, Stephanie Rawlings-Blake, a précisé peu après que cinq d'entre eux étaient en détention. Le président Barack Obama a jugé que toute la lumière devait être faite sur ce décès. "Ce que les habitants de Baltimore veulent, plus que toute autre chose, c'est la vérité", a-t-il souligné. "C'est aussi ce que tout le monde attend à travers le pays".

Autopsie accablante

Selon l'enquête et l'autopsie, le jeune homme est mort d'une "blessure qui lui a été fatale alors qu'il ne portait pas de ceinture dans le fourgon de police où il avait été embarqué", a précisé Marilyn Mosby.

Baltimore est le théâtre de manifestations quotidiennes - qui ont dégénéré en émeutes lundi soir après les funérailles de Freddie Gray - depuis l'annonce de ce décès des suites d'une fracture des vertèbres cervicales. Un couvre-feu nocturne d'une semaine a été instauré depuis mardi pour ramener le calme.

Aucune assistance médicale

La procureure a levé le voile sur les circonstances de la blessure de Freddie Gray dont la colonne vertébrale a été "sectionnée à 80%, dans la région du cou", avait indiqué la semaine dernière un avocat de la famille de Gray.

"Quand Freddie Gray a été arrêté, il a été menotté mains dans le dos. Il a eu des difficultés à respirer et a demandé en vain des médicaments", a raconté Marylin Mosby, précisant que les policiers, après l'avoir fait asseoir, ont "trouvé un couteau dans son pantalon". Mais, selon elle, ils "n'ont pu fournir aucune justification" à cette arrestation survenue le 12 avril. De ce fait, trois policiers sont poursuivis pour l'avoir arrêté "illégalement".

Dans le fourgon, le jeune homme n'a pas été attaché avec une ceinture de sécurité contrairement au règlement. Après avoir circulé un certain temps, a poursuivi la procureure, le fourgon s'est arrêté et les jambes et les chevilles de Freddie Gray ont été attachées avec des liens en plastique puis les policiers "l'ont mis au sol, sur le ventre". Sans qu'il ne soit attaché.

Le jeune homme a "subi une blessure grave et potentiellement mortelle au cou venant du fait qu'il était menotté, les pieds entravés et qu'il n'était pas attaché" alors que le véhicule de police circulait. L'un des policiers, voyant que Gray restait sans réaction, "n'a fait aucun effort pour évaluer ou déterminer son état" et "malgré la détérioration de son état médical, aucune assistance médicale" n'a été sollicitée.

C. P. avec AFP