BFMTV

Avant-après: qu'est devenue la Nouvelle-Orléans, 10 ans après Katrina?

Katrina est la catastrophe naturelle la plus dévastatrice qu'aient connu les Etats-Unis.

Katrina est la catastrophe naturelle la plus dévastatrice qu'aient connu les Etats-Unis. - AFP

VISUEL INTERACTIF - Il y a exactement dix années, les Etats-Unis ont connu leur catastrophe naturelle la plus destructrice. L'ouragan Katrina s'est abattu sur la ville et a détruit de nombreux quartiers. Aujourd'hui, les efforts de reconstructions ne sont toujours pas terminés mais la ville a repris une allure normale.

C'est un triste anniversaire que la Louisiane fête cette semaine: celui de la catastrophe naturelle la plus destructrice des l'histoire des Etats-Unis. Fin août 2005, à la Nouvelle-Orléans, l'été s'achève et un ouragan s'approche. Sa puissance est hors normes et les constructions traditionnelles de la Ville-Croissant peu adaptées pour résister à des vents de presque 300 km/h. On s'attend à une tragédie, et c'est bien ce qui arrive: 1.836 victimes seront dénombrées dans les décombres d'une ville mise à genoux. 

Aux fureurs de la nature s'ajouteront l'incurie humaine: la désorganisation des secours et le détournement des fonds sensés aider à surmonter la crise génèrent des tensions raciales. Les associations communautaires ont accusé les autorités de se désintéresser du sort des Néo-Orléanais parce qu'ils sont à majorité pauvres et d'origine étrangère. A l'image du président d'alors, George W. Bush, qui survole la zone en hélicoptère sans aller à la rencontre des habitants. Une image qui avait suscité la colère de la communauté noire, à l'instar du rappeur Kanye West qui avait accusé le président Bush de "ne pas aimer les gens noirs".

Dix années après, qu'est devenue la Nouvelle-Orléans? Comment a-t-elle affronté la reconstruction ? Un élément de réponse visuel peut-être donné en juxtaposant des photos de l'époque avec des photos récentes. On mesure ainsi l'ampleur des dégâts et le chemin que cette communauté a dû parcourir pour se redresser.