BFMTV

Cinq anciens détenus de Guantanamo condamnés à Paris

Khaled Ben Mustapha (au centre), ancien détenu de Guantanamo, aux côtés de ses avocats lors de son procès en première instance à Paris, en 2006. Cinq Français passés par le camp américain situé à Cuba ont été condamnés vendredi en appel à un an de prison

Khaled Ben Mustapha (au centre), ancien détenu de Guantanamo, aux côtés de ses avocats lors de son procès en première instance à Paris, en 2006. Cinq Français passés par le camp américain situé à Cuba ont été condamnés vendredi en appel à un an de prison - -

PARIS (Reuters) - Cinq Français qui furent détenus au camp américain de la base de Guantanamo après être passés par les camps d'entrainement afghans...

PARIS (Reuters) - Cinq Français qui furent détenus au camp américain de la base de Guantanamo après être passés par les camps d'entrainement afghans d'Oussama ben Laden à la fin des années 1990 ont été condamnés vendredi à la même peine d'un an de prison ferme.

Cette peine prononcée par la cour d'appel de Paris couvre la détention provisoire déjà effectuée après leur retour du camp de Cuba. Les condamnés ne retourneront donc pas en prison.

C'était le troisième procès de l'affaire. En 2007 en première instance, le tribunal correctionnel de Paris avait prononcé une condamnation identique, mais ils avaient tous été relaxés en appel en 2009, une autre formation de la cour d'appel jugeant irrégulière l'enquête française menée contre eux.

La Cour de cassation a cependant annulé cet arrêt et cette dernière décision est la conséquence de cette décision. Me William Bourdon, un des avocats de la défense, a cependant annoncé qu'il allait de nouveau saisir la Cour de cassation.

Selon leur avocats, les cinq hommes ont aujourd'hui refait leur vie, fondé des familles et auraient un emploi.

Remis en deux fois par les Etats-Unis à la France en juillet 2004 et mars 2005, Khaled ben Mustapha, Mourad Benchellali, Nizar Sassi, Redouane Khalid et Brahim Yadel disent avoir été maltraités et torturés pendant les deux ans et demi à trois ans passés dans le camp de détention américain sur l'île de Cuba.

Les juges d'instruction antiterroristes français les ont poursuivis et emprisonnés à nouveau à leur retour pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" pour sanctionner leur passage dans les camps d'entraînement afghans d'Al Qaïda en 2000-2001.

La défense conteste la légalité du dossier, qui repose notamment sur des interrogatoires faits hors procédure judiciaire par des agents de renseignement français à Guantanamo, en 2002.

La défense a produit en appel des télégrammes diplomatiques américains dévoilés par WikiLeaks qui montrent que les juges d'instruction antiterroristes français venaient fréquemment à l'ambassade des Etats-Unis à Paris rendre compte des moindres péripéties de la procédure.

Thierry Lévêque, édité par Patrick Vignal