BFMTV

Chelsea Clinton prend la défense de Barron Trump, moqué pour ses vêtements

Barron Trump et ses parents, Donald et Melania Trump, lors de leur retour à Washington DC, le 20 août 2017.

Barron Trump et ses parents, Donald et Melania Trump, lors de leur retour à Washington DC, le 20 août 2017. - Nicholas Kamm - AFP

Le jeune garçon de 11 ans, dernier enfant de Donald Trump, a été pris pour cible par un site conservateur qui a critiqué sa façon de s'habiller, jugée pas assez chic pour un fils de président.

Un soutien venu du clan adverse. Lundi, le dernier fils de Donald Trump, Barron, a reçu un appui d'un genre un peu particulier, alors qu'il était visé par des moqueries en ligne au sujet de ses vêtements, rapporte le Washington Post.

Jugé mal habillé

Lundi soir, le site conservateur The Daily Caller a publié un article pour s'en prendre au plus jeune enfant du président américain, et notamment à la tenue qu'il portait la veille pour embarquer dans Air Force One. Barron Trump, 11 ans, a été photographié dimanche aux côtés de ses parents sur le tarmac de l'aéroport de Morristown, dans le New Jersey, vêtu d'un t-shirt rouge sérigraphié, d'un bermuda beige, et de mocassins, beiges également. "Il est grand temps que Barron Trump commence à s'habiller comme s'il était à la Maison Blanche", a ainsi titré The Daily Caller, estimant que l'adolescent ne porte pas de vêtements suffisamment chics.

"A plusieurs reprises, Barron a prouvé qu'il est un enfant de 11 ans normal, en dépit du fait que son père est le président des Etats-Unis, et qu'il vit à la Maison Blanche. Ce qui n'est en revanche pas normal est la façon dont il s'habille lorsqu'il se joint à ses parents pour des apparitions publiques", écrit encore le site internet.

Flot de critiques

"Rappelez-vous de ces fois où vos parents vous ont forcé à vous habiller pour des occasions spéciales, lorsque vous étiez enfant. (...) Cela ne se passe pas comme ça pour le plus jeune enfant du président. Donald Trump et Melania quittent toujours la Maison Blanche sur leur 31. (...) Mais Barron est apparu avec un t-shirt, un short kaki et des mocassins en daim", peut-on lire. Et l'auteur de l'article d'ajouter: "Le jeune Barron a l'air de grimper dans Air Force One pour se rendre au cinéma".

Des commentaires qui ont valu au site de très nombreuses critiques. Plusieurs personnalités du monde politique, mais aussi des célébrités, ou encore des internautes lambda, sont montés au créneau pour dénoncer les propos "honteux" de The Daily Caller.

Chelsea Clinton monte au créneau

Un soutien de poids est notamment venu de Chelsea Clinton, la fille de Bill et Hillary Clinton, bien placée pour commenter la situation compte tenu de sa propre expérience d'adolescente ayant grandi à la Maison Blanche. La jeune femme était en effet âgée de 12 ans lorsqu'elle a emménagé avec ses parents dans la résidence présidentielle, à Washington, soit pratiquement le même âge que Barron Trump.

"Il est grand temps que les médias et tout le monde laissent Barron Trump tranquille, et le laissent avoir l'enfance privée qu'il mérite", a ainsi tweeté Chelsea Clinton, qui avait joué un rôle de premier ordre dans la campagne de sa mère pour l'élection présidentielle de 2016, où elle était opposée à Donald Trump.

Chelsea Clinton tient-elle à montrer sa solidarité au jeune Barron, qui vit la même situation qu'elle quelques années plus tard? Ce n'est en tout cas pas la première fois qu'elle vole à sa rescousse. En janvier dernier, alors que la famille Trump venait de s'installer à la Maison Blanche, elle avait écrit, déjà sur Twitter:

"Barron Trump mérite la chance, que tout enfant devrait avoir, d'être un enfant. Se battre pour chaque enfant signifie aussi se battre contre les politiques du président des États-Unis qui leur font du mal".

Le petit garçon avait en effet fait l'objet de nombreuses moqueries depuis la victoire de son père à l'élection présidentielle, le 8 novembre 2016, et ses faits et gestes avaient été largement scrutés et commentés. Ainsi, lorsque Donald Trump avait prononcé son premier discours, le jeune Barron, alors âgé de 10 ans, avait été critiqué pour avoir bâillé ou être resté les yeux dans le vide.

Adrienne Sigel