BFMTV

Canada: des albums de Tintin, d'Astérix et de Lucky Luke brûlés dans des écoles car jugés discriminatoires

Des albums de Tintin et d'Astérix ont été retirés d'une trentaine d'écoles canadiennes car dressant un portrait dévalorisant des Autochtones.

Des albums de Tintin et d'Astérix ont été retirés d'une trentaine d'écoles canadiennes car dressant un portrait dévalorisant des Autochtones. - Couvertures du "Temple du Soleil", de "Tintin en Amérique" et d'"Astérix et les Indiens"

Certains ouvrages, jugés dévalorisant pour les autochtones, ont même été brûlés lors d'une "cérémonie de purification par la flamme" dans un établissement scolaire.

Quelque 5000 ouvrages, dont des albums de Tintin et Astérix, ont été retirés par une commission scolaire au Canada, rapportent nos confrères de Radio Canada. La raison: ces livres évoquaient et dressaient un portrait jugé néfaste des autochtones.

Les faits remontent à 2019. Le Conseil scolaire catholique providence, un organisme regroupant une trentaine d'écoles dans la région de Windsor au sud-ouest de l'Ontario, décide alors d'instaurer une "cérémonie de purification par la flamme" dans l'un de ses établissements.

Des livres "qui perpétuent des stéréotypes"

"Nous enterrons les cendres du racisme, de la discrimination et des stéréotypes dans l’espoir que nous grandirons dans un pays inclusif où tous peuvent vivre en prospérité et en sécurité", expliquait alors le Conseil scolaire dans une vidéo à destination des élèves.

"Les gens paniquent avec le fait de brûler des livres, mais on parle de millions de livres qui ont des images négatives des personnes autochtones, qui perpétuent des stéréotypes, qui sont vraiment dommageables et dangereux", soutient Suzy Kies, coprésidente de la Commission des peuples autochtones du Parti libéral et auteure de la vidéo à Radio Canada.

"Un geste de réconciliation avec les Premières Nations"

Initialement prévue dans tous les autres établissements scolaires rattachés à l'organisme, l'incinération des livres a finalement été abandonnée, ces derniers étant "recyclés ou en voie de l'être".

"Il s’agit d’un geste de réconciliation avec les Premières Nations, et un geste d’ouverture envers les autres communautés présentes dans l’école et notre société", explique à Radio Canada Lyne Cossette, porte-parole du Conseil scolaire catholique providence.

En précision, ce sont 155 œuvres qui ont été retirées des bibliothèques de ces écoles parmi lesquelles des numéros de Tintin (Tintin en Amérique et Le Temple du Soleil), l'album du film Astérix et les Indiens ou encore trois numéros du cowboy Lucky Luke. Des romans et des encyclopédies ont également été enlevés de ces établissements.

"Langage non acceptable", "les autochtones sont perçus comme les méchants", "informations erronnées", "fausse représentation"... Le Conseil scolaire justifie à chaque fois ces retraits par le portrait dévalorisant que ces ouvrages dressent des peuples autochtones.

Trudeau "jamais d'accord avec le fait de brûler des livres"

Contacté par Radio Canada, le ministère de l’Éducation de l’Ontario a répondu que le choix des livres dans les bibliothèques relève de la responsabilité de chaque conseil scolaire. Invité lui aussi à réagir à cette information, Justin Trudeau a expliqué qu'il n'était, à titre personnel, "jamais d'accord avec le fait de brûler des livres".

"Ce n’est pas à moi, ce n’est pas aux non-autochtones, de dire aux autochtones comment ils devraient se sentir ou comment ils devraient agir pour faire avancer la réconciliation", a néanmoins ajouté le Premier ministre canadien.
Hugues Garnier Journaliste BFMTV