BFMTV

Arkansas: les femmes ne pourront plus avorter sans autorisation masculine

Une femme manifeste pour le droit à l'avortement à Washington en janvier 2017 (image d'illustration)

Une femme manifeste pour le droit à l'avortement à Washington en janvier 2017 (image d'illustration) - ZACH GIBSON / AFP

La loi obligeant les femmes à demander la permission au "père" de leur fœtus avant de pouvoir avorter, entrera en vigueur à la fin du mois de juillet en Arkansas.

Dans l'Arkansas, aux Etats-Unis, il sera désormais impossible pour une femme d’interrompre sa grossesse sans en avoir préalablement référé au "père" du fœtus. La loi, votée en mars dernier dans cet Etat conservateur du Sud des Etats-Unis, entrera en vigueur dès la fin du mois suscitant l’indignation de nombreuses associations, comme l'indique Vice News

Selon cette loi, le fœtus doit désormais être considéré comme un "membre de la famille décédé", pour lequel les parents doivent se mettre d’accord sur ce qu’ils souhaitent faire du corps.

Dans les faits une femme ne pourra donc plus avoir accès à l’avortement sans la permission de son partenaire sexuel. Dans le cas des jeunes filles mineurs, les parents pourront s’opposer à l’avortement.

Dans le pire des cas, la victime d'un viol sera obligée d’obtenir la permission de son agresseur avant de de pouvoir pratiquer une IVG (interruption volontaire de grossesse).

C.Br.