BFMTV

L'avocat de Cassez «confiant, mais prudent »

Florence Cassez au moment de son arrestation en 2005

Florence Cassez au moment de son arrestation en 2005 - -

L’avocat de Florence Cassez s’est dit « confiant, mais prudent » quant à la libération de sa cliente, emprisonnée depuis 2005 au Mexique et dont le dossier sera jugé par la cour suprême mexicaine le 21 mars. Sur RMC/BFMTV, Nicolas Sarkozy salue « une bonne nouvelle ».

Me Franck Berton s’est dit ce jeudi sur RMC « confiant, mais prudent » quant à une possible libération de sa cliente, Florence Cassez, emprisonnée au Mexique depuis 2005 et condamnée à 60 ans de prison pour enlèvement. Un avis judiciaire réclamant sa libération « immédiate et absolue » pour non-respect de la présomption d’innocence et de ses droits consulaires vient d’être remis aux magistrats de la Cour suprême mexicaine. Le cas de la Française de 37 ans, qui a toujours nié les faits, va maintenant être étudié et une décision devrait être rendue le 21 mars prochain.

«C’est la 1ère fois que nous avons un avis judiciaire favorable»

« C'est la première fois que nous avons un avis judiciaire favorable à Florence qui reconnaît une violation essentielle de ses droits. Alors on a beaucoup d'espoir mais on reste prudent parce que nos adversaires ont des pouvoirs médiatiques considérables au Mexique. Il peut y avoir là-bas une surenchère médiatique dans les semaines à venir visant à faire pression sur les magistrats de la cour suprême pour qu'ils ne rendent pas une décision favorable à Florence ».
La Française a été arrêtée le 8 décembre 2005 en compagnie de son ex-compagnon Israel Vallarta, soupçonné par la police de diriger Los Zodiacos, un groupe qui aurait à son actif une dizaine d'enlèvements et un meurtre.

Sur RMC/BFMTV, Nicolas Sarkozy salue «une bonne nouvelle»

Nicolas Sarkozy a salué jeudi sur RMC/BFMTV la « première bonne nouvelle depuis cinq ans et demi (sur ce dossier). Florence Cassez est une jeune femme qui, il y a bientôt six ans, est tombée amoureuse de quelqu'un qui n'était pas la bonne personne. Depuis elle vit un enfer dans une prison (…) J'ai confiance dans la justice mexicaine, nous nous battons pour faire valoir ses droits, c'est une première étape », a-t-il enchaîné.

La Rédaction