BFMTV

Colombie: une fille de 11 ans opérée avec 104 capsules de drogue dans le ventre

Une radio d'un homme de vingt ans ayant absorbé plus d'un kilo de drogue en capsule en 2012, au Brésil. (Photo d'illustration)

Une radio d'un homme de vingt ans ayant absorbé plus d'un kilo de drogue en capsule en 2012, au Brésil. (Photo d'illustration) - Ho - Federal Police - AFP

Hospitalisée dans la nuit de lundi à mardi, la fillette est dans un état "stable". La police recherche son père, qui aurait prévu de lui faire passer le demi-kilo de drogue en Europe.

Une fillette de onze ans qui se plaignait de douleurs abdominales a été hospitalisée dans la nuit de lundi à mardi dans la ville de Cali, dans l'Ouest de la Colombie. Des examens ont révélé que l'enfant avait ingurgité 104 capsules de drogue, et elle a dû être opérée.

La petite fille se trouvait mardi dans un "état stable" alors que le pronostic des médecins reste "réservé". Selon le commandant de la police de Cali, Hoover Penilla, des trafiquants comptaient probablement utiliser l'enfant comme une "mule", pour transporter les capsules de drogue en Europe sans être inquiétés par la douane. Les services sociaux locaux estiment qu'il s'agit du premier cas d'une mineure si jeune utilisée comme "mule" à Cali.

Un départ pour l'Espagne prévu ce mercredi

Les quelque 500 grammes de drogue contenus dans les capsules "sont actuellement examinés pour connaître le type de substance qu'elles contenaient, a expliqué Hoover Penilla aux journalistes.

"La mère a expliqué que la mineure, qui vit avec elle mais pas avec son père, avait passé l'après-midi avec ce dernier et était rentrée à la maison vers 18 heures", a-t-il déclaré.

La police est toujours à la recherche du père, qui est actuellement en fuite. Les enquêteurs ont découvert qu'il avait réservé des places d'avion pour lui et sa fille, pour se rendre en Espagne ce mercredi. Ils ont également trouvé un passeport, mis à jour le 15 octobre, pour se rendre en Europe.

"Un cas aberrant", selon les services sociaux colombiens

"Les autorités ont déjà pris en charge la garde de l'enfant. Nous avons également lancé les démarches pour faire perdre l'autorité parentale aux parents biologiques", a expliqué John Arley Murillo, directeur régional de l'institut colombien pour le bien-être familial, à la version colombienne du journal El Pais.

"Un cas comme celui-ci est aberrant, car il met en danger une enfant si jeune", a-t-il ajouté. "Nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger cette mineure, et la retirer de cet environnement familial nocif".

La Colombie est l'un des principaux producteurs de cocaïne, avec le Pérou, et a produit en 2013 quelque 290 tonnes de cette drogue, selon l'Office des Nations unies de lutte contre la drogue.

J.S avec AFP