BFMTV

Colombie: les pays médiateurs demandent une "désescalade urgente" du conflit

Victoria Sandino, responsable politique des Farc, le 21 mai 2015 à Cuba.

Victoria Sandino, responsable politique des Farc, le 21 mai 2015 à Cuba. - Yamil Lage - AFP

Les quatre pays accompagnant le processus de paix en Colombie - la Norvège, Cuba, le Chili et le Venezuela - ont appelé mardi le gouvernement et la guérilla des Farc à une "désescalade urgente" du conflit armé dans le pays, après une recrudescence des hostilités.

Les affrontements ont repris

Les gouvernements cubain et norvégien, garants du processus du paix, ainsi que ceux du Chili et du Venezuela, en leur qualité d'accompagnants des pourparlers, "lancent un appel aux parties pour une désescalade urgente du conflit armé", selon un communiqué lu devant la presse à La Havane par le diplomate cubain Rodolfo Benitez.

Cet appel survient alors que les affrontements armés ont repris de plus belle depuis mi-avril dans le pays sud-américain, dans la foulée d'une embuscade tendue par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) à des militaires, qui a fait 11 morts parmi les soldats.

Ce regain de tension suivait une période d'accalmie, à la faveur d'une trêve unilatérale observée par la guérilla d'extrême-gauche de décembre à mai. Depuis, une trentaine de rebelles ont été tués dans des opérations de l'armée et de récentes enquêtes révèlent des réserves au sein de la population sur le bien fondé du dialogue de paix mené à Cuba depuis novembre 2012.

Ce dialogue est censé mettre fin à un conflit d'un demi-siècle - le plus ancien d'Amérique latine - qui a fait quelque 220.000 morts et plus de six millions de déplacés.

la rédaction avec AFP