BFMTV

Argentine: au moins 3 morts et 155 blessés dans un accident ferroviaire

La collision entre les deux trains a eu lieu à proximité de la gare ferroviaire de Castelar, à environ 30 kilomètres à l'ouest de Buenos Aires.

La collision entre les deux trains a eu lieu à proximité de la gare ferroviaire de Castelar, à environ 30 kilomètres à l'ouest de Buenos Aires. - -

La collision entre un train de voyageurs et un train à l'arrêt survenue jeudi à Castelar, une localité proche de Buenos Aires a fait au moins 3 morts et plus d'une centaine de blessés, selon les autorités locales.

Un accident ferroviaire survenu jeudi matin à Cestelar, près de Buenos Aires, a fait trois morts et au moins 155 blessés, selon un bilan provisoire communiqué par les autorités municipales.

"Pour le moment, nous avons connaissance de trois décès", a déclaré Carlos Grillo, l'adjoint à la sécurité de la municipalité de Moron, dont dépend Castelar, où l'accident, la collision entre un train de voyageurs et un train à l'arrêt, est survenu peu après 07h00 locale.

Le ministre argentin de l'Intérieur et des Transports, Florencio Randazzo, a fait état de 155 personnes hospitalisées. Moins d'une dizaine sont dans un état grave.

Les hôpitaux de la région ont été mis en alerte pour accueillir les blessés, légèrement atteints pour la plupart.

Des habitants des environs de l'accident ont prêté main forte aux secouristes pour dégager les passagers bloqués dans les wagons accidentés, à proximité de la gare ferroviaire de Castelar, à environ 30 kilomètres à l'ouest de Buenos Aires.

Malgré le choc, les deux trains n'ont pas déraillé.

Le train à l'arrêt était vide et attendait un signal pour entrer dans un atelier ferroviaire.

Une tragédie en 2012

Le 22 février 2012, Buenos Aires avait connu une tragédie ferroviaire qui avait fait 51 morts et 700 blessés. Un train de voyageurs de l'agglomération de Buenos Aires avait violemment heurté les butoirs dans la station Once.

L'événement avait ému l'Argentine et révélé l'état dégradé des chemins de fer à la suite de leur privatisation dans les années 90.