BFMTV

VIDEO - Nigeria: l'armée affirme savoir où sont les lycéennes enlevées

Soldats de l'armée nigériane, après le rapt des lycéennes dans le Nord-Est du pays.

Soldats de l'armée nigériane, après le rapt des lycéennes dans le Nord-Est du pays. - -

L'armée nigériane a affirmé lundi que les jeunes filles enlevées à la mi-avril par le groupe islamiste armé Boko Haram avaient été localisées. Tout en refusant de dire où elles se trouvent.

L'armée nigériane a affirmé lundi que les deux cents jeunes filles enlevées à la mi-avril par le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram avaient été localisées. Sans en dire plus sur le lieu où elle se trouvent.

"La bonne nouvelle pour les filles, c'est que nous savons où elles se trouvent, mais nous ne pouvons pas vous le dire", a ainsi déclaré à des journalistes le chef de l'état-major des forces armées nigérianes, le maréchal Alex Badeh, devant le QG de la Défense à Abuja.

Aide occidentale

Le rapt de 276 lycéennes mi-avril à Chibok, dans le Nord-Est du Nigeria, avait créé une immense émotion et entraîné une mobilisation internationale pour les retrouver. Actuellement, 223 sont toujours captives.

Le président nigérian Goodluck Jonathan, critiqué pour son manque de réactivité dans cette affaire, a récemment exclu tout échange de prisonniers - lycéennes contre islamistes détenus dans les prisons de l'Etat - avec Boko Haram. Une possibilité qui avait été évoquée par le chef du groupe armé, Abubakar Shekau.

Le gouvernement nigérian et l'armée, qui ont également été vivement critiqués sur ce dossier, ont finalement accepté l'aide occidentale pour participer aux efforts de recherches des jeunes filles.

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et dernièrement Israël ont envoyé des experts pour aider le Nigeria. La Chine, dont dix ressortissants ont été enlevés, probablement par Boko Haram, dans une région frontalière du Cameroun, a aussi proposé son aide.

S. C. et M. T. avec AFP