BFMTV

Nigeria: l'exécution des otages étrangers confirmée à demi-mot

L'enlèvement s'était produit à Jama'are, à environ 200 km de Bauchi, dans le nord du Nigeria.

L'enlèvement s'était produit à Jama'are, à environ 200 km de Bauchi, dans le nord du Nigeria. - -

La mort de sept otages étrangers enlevés au Nigeria, annoncée samedi par le groupe islamiste nigérian Ansaru, est petit à petit rendue "probable" par les gouvernements européens.

La mort de sept étrangers enlevés au Nigeria, qui avait été annoncée samedi par le groupe islamiste nigérian Ansaru, se précise. Dimanche, les gouvernements italien, grec et britannique, qui avaient des ressortissants otages, ont chacun annoncé leur "probable" exécution.

Le premier, le ministère italien des Affaires étrangères a indiqué que la mort des sept otages "semblait fondée". "Les vérifications effectuées en coordination avec les autres pays intéressés nous entraînent à retenir fondée l'information sur le meurtre des otages enlevés le mois dernier au Nigeria", a-t-il indiqué dans un communiqué.

"Probablement tués"

Son homologue grec n'a pas tardé à affirmer à son tour que l'otage grec enlevé avec six autres étrangers était "probablement mort", faisant part de son "chagrin" à sa famille.

"Probablement tués", c'était également l'expression employée par William Hague, le ministre britannique des Affaires étrangères, dimanche après-midi.

"Je suis en mesure de confirmer qu'un Britannique travaillant dans le secteur de la construction, retenu en otage depuis le 16 février, a probablement été tué quand il était aux mains de ses ravisseurs, ainsi que six autres étrangers", a-t-il déclaré.

"Acte de terrorisme atroce"

Samedi, le groupe Ansaru avait annoncé avoir tué deux Libanais, deux Syriens, un Grec, un Italien et un Britannique qui travaillaient pour la société libanaise de construction Setraco et avaient été enlevés le 18 février dernier dans le nord du Nigeria.

"Il s'agit d'un acte de terrorisme atroce", a condamné le gouvernement italien, tandis que le président de la République Giorgio Napolitano dénonçait "un assassinat barbare".

A LIRE AUSSI:

>> Ansaru annonce l'exécution des otages

>> Ansaru revendique l'enlèvement des sept otages

>> Sept étrangers enlevés au Nigeria par des hommes armés