BFMTV

Maroc: jugés pour une photo de baiser sur Facebook

La photo des deux adolescents publiée sur Facebook, qui a provoqué leur arrestation.

La photo des deux adolescents publiée sur Facebook, qui a provoqué leur arrestation. - -

Le procès d'un couple d'adolescents marocains arrêtés il y a quelques jours, après avoir publié sur Facebook une photo sur laquelle on les voit s'embrasser s'ouvre ce vendredi à Nador, dans le nord du pays. Ils risquent deux ans de prison.

Confrontés à la justice à cause d'un baiser. Deux adolescents marocains âgés de 14 et 15 ans ont été arrêtés par la police le 4 octobre, à Nador, une ville de la côte nord du pays. Motif de l'interpellation: la publication, sur Facebook, d'une photo les montrant en train de s'embrasser. L'auteur de la photo a également été interpellé.

Considéré comme une atteinte à la pudeur publique, leur geste les a amenés jusqu'au tribunal, où ils doivent être jugés ce vendredi.

"Atteinte à la pudeur"

Les deux jeunes Marocains, Mouhsin et Raja, ainsi que le photographe qui les a pris en photo en train de s'embrasser devant leur collège, Oussama, ont été arrêtés suite à une plainte déposée à la fin du mois de septembre par une organisation locale. Cette dernière les a accusés d'"atteinte grave à l'éducation et à la culture marocaines" et d'"atteinte aux sentiments des citoyens". Ils ont passé le week-end dernier dans un centre pour mineurs avant d'être relâchés lundi, dans l'attente de leur jugement.

Présentés à un juge pour mineurs ce vendredi pour "atteinte à la pudeur", ils risquent, selon le code pénal marocain, jusqu'à deux ans de prison. Une punition qui témoigne du conservatisme persistant de la société marocaine, notamment sur la question des démonstrations d'affection dans les lieux publics.

Mais sauf surprise, les trois jeunes gens devraient être relaxés, compte tenu de l'indignation et la mobilisation qu'a suscitées leur arrestation au Maroc.

Mobilisation sur le web

Depuis l'annonce de cette arrestation, une vague protestataire s'est en effet soulevée dans le pays, notamment sur les réseaux sociaux. C'est d'ailleurs cette mobilisation immédiate qui a permis leur libération provisoire dans l'attente du procès.

Tout au long de la semaine, de nombreux Marocains et des internautes du monde entier ont à leur tour posté des photos de baisers, sur Facebook et Twitter, accompagnées du hashtag "#FreeBoussa" ("Baiser Libre", "boussa" signifiant "baiser" en arabe).

Au Maroc, 2 ados risquent la taule pour ce baiser, posté sur Facebook. Hashtag #FreeBoussa pour les soutenir. pic.twitter.com/fES7wyRJUL
— Mohssine Powers (@MohssinePowers) October 7, 2013

Sur Facebook, un groupe du même nom a été créé et une page de soutien "Solidarité avec les jeunes de Nador – un baiser n'est pas un crime", a rassemblé plus de 11.300 likes en quelques jours. Toujours à l'appel des réseaux sociaux, un kiss-in géant a été organisé mercredi dans la ville de Mohammedia et un autre devrait se tenir samedi à Rabat, la capitale du pays. Plus de 2.000 personnes ont indiqué vouloir y participer, sur la page Facebook dédiée.

Enfin, une pétition intitulée "Un bisou n'est pas un crime" a été mise en ligne et a recueilli à ce jour 2.240 signatures.

Adrienne Sigel