BFMTV

Mali: Kidal retombe aux mains des rebelles touaregs

L'armée malienne patrouille entre Gao et Kidal, en juillet 2013.

L'armée malienne patrouille entre Gao et Kidal, en juillet 2013. - -

L'UE et la présidence malienne appellent à un cessez-le-feu alors que de nouveaux combats ont éclaté à Kidal. Les rebelles touareg affirment avoir repris la ville. Ils affirment avoir pris d'autres villes dont l'armée aurait fui.

L'Union européenne a condamné jeudi "sans réserve" la reprise des combats à Kidal, dans le nord du Mali, et appelé à "l'instauration immédiate" d'un cessez-le-feu.

Le président malien avait lui aussi demandé mercredi soir "un cessez-le-feu immédiat" après de nouveaux combats qui ont opposé les forces régulières à des groupes armés à Kidal, dont les rebelles affirment avoir s'être rendus maîtres. Les rebelles touareg du MNLA ont également annoncé avoir pris le contrôle mercredi d'autres localités "d'où l'armée a fui, sans combats".

Déjà théâtre d'affrontements sanglants le week-end dernier, Kidal, situé à 1.500 km au nord-est de Bamako, est plus que jamais un défi pour l'Etat malien: dans ce fief du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, indépendantiste), il n'a jamais réussi à complètement reprendre pied, malgré l'offensive lancée en 2013 par l'armée française qui a permis de libérer le nord du Mali de l'emprise de groupes islamistes.

L'armée contrôle encore les camps militaires

Des combats, d'abord qualifiés d'"opération de sécurisation" par l'armée malienne, ont éclaté mercredi matin, avant de tourner dans l'après-midi en défaveur de Bamako. "Nous contrôlons actuellement toute la ville de Kidal", a déclaré Mohamed Ag Rhissa, un chef du groupe rebelle, contacté par téléphone depuis Bamako. Mossa Ag Attaher, responsable de la communication du MNLA, a dénoncé "l'agression" lancée selon lui par l'armée malienne, désormais délogée de "l'ensemble (de ses) positions".

Une source militaire au sein de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a confirmé que "les groupes armés ont pris nettement le dessus sur les forces armées maliennes". Les camps militaires restent "sous contrôle de l'armée malienne", a-t-elle cependant précisé.

"La situation est calme ce soir à Kidal. Nous avons pris plusieurs villes d'où l'armée a fui, sans combats", a dit M. Ag Assarid, un responsable du MNLA. Cette information n'avait pu être immédiatement confirmée auprès d'aucune autre source en dehors des groupes armés.

A. D. avec AFP