BFMTV

Mali: des militaires de l'UE attaqués dans leur hôtel à Bamako, un assaillant tué

Des assaillants armés ont attaqué lundi soir un hôtel à Bamako, un bâtiment où se trouve notamment la mission de formation militaire de l'Union européenne au Mali. L'un des assaillants a été abattu.

Un hôtel de Bamako abritant la mission de l'Union européenne qui entraîne l'armée malienne (EUTM Mali) a été visé lundi soir par une attaque qui a été repoussée, faisant un mort parmi les assaillants. 

Des tirs, suivis d'échanges d'armes automatiques, avaient éclaté en début de soirée dans ce quartier huppé de la capitale malienne, selon des témoins et des correspondants de l'AFP. L'EUTM et le ministère malien de la Sécurité intérieure ont indiqué par la suite que l'attaque, à l'arme légère, avait débuté peu après 18h30 locales (19h30 heure française).

Un assaillant abattu, deux suspects interpellés

Selon le correspondant de BFMTV sur place, citant des sources françaises et maliennes, deux hommes se seraient présentés devant l'hôtel Nord Sud de Bamako et auraient tiré.

"Les militaires de l'EUTM et les gardes qui assurent la protection du bâtiment ont immédiatement riposté. Un des assaillants a été abattu", a déclaré le ministre de la Sécurité intérieure Salif Traoré à la télévision dans la soirée, confirmant des informations données par une source au sein de l'EUTM. "Nous sommes en train de prendre des dispositions pour vérifier le sac qu'il transportait qui pourrait contenir des explosifs et la protection civile est également en train de faire son travail", a-t-il poursuivi.

"Deux suspects ont été interpellés. Ils sont en train d'être interrogés. Les opérations continuent sur le terrain", a annoncé le ministre sans autre indication, ajoutant que "les assaillants seraient entre deux ou trois", alors que la source de l'EUTM avait parlé de quatre, dont trois en fuite.

Aucun militaire n'a été blessé et aucun dégât matériel n'est à recenser, a précisé l'EUTM Mali sur son compte Twitter, alors que le ministère de la Sécurité intérieure a fait état d'un membre des forces de sécurité maliennes légèrement blessé.

Un autre attentat en novembre

Selon plusieurs témoins, l'attaque visait l'hôtel Nord Sud du groupe Azalaï, réquisitionné par la mission de formation européenne, dans le quartier d'affaires ACI 2000. Les tirs se sont tus peu avant 20 heures, selon des témoins et des correspondants de l'AFP. L'identité et les motivations des assaillants restaient inconnues mardi. 

Selon une source militaire malienne sur place, "les opérations de ratissage" se poursuivaient lundi dans la nuit "parce qu'un kamikaze serait dans les parages du quartier général de l'EUTM". "La situation est sous contrôle. Les forces de l'ordre sont en première ligne", a pour sa part assuré dans un SMS un conseiller du président Ibrahim Boubacar Keïta, en voyage officiel en Namibie.

Evoquant l'attaque à Bamako, le ministre de l'Intérieur français Bernard Cazeneuve, en déplacement lundi à Toulouse, a insisté sur un "contexte particulier" des "haines qui montent", "dans notre pays mais par-delà les frontières, partout en Europe et aussi dans le monde". "La barbarie, la violence continue à frapper au moment où nous nous souvenons ici à Toulouse", a-t-il déclaré.

La capitale malienne avait déjà été la cible d'une attaque terroriste en novembre dernier, non loin de là. Des assaillants avaient pris en otages plusieurs dizaines de personnes durant près de neuf heures dans l'hôtel de luxe Radisson Blu. L'attentat avait causé la mort de 22 personnes, dont deux des terroristes. Il avait été revendiqué par un groupe terroriste, devenu ensuite membre d'AQMI.