BFMTV

Mali: l'état d'urgence décrété sur l'ensemble du territoire

L'état d'urgence a été décrété.

L'état d'urgence a été décrété. - Habibou Kouyate - AFP

L'hôtel Radisson de Bamako a été assailli par plusieurs hommes vendredi matin. Ils ont pris en otage pendant neuf heures près de la moitié des quelque 170 personnes dans l'hôtel. Le groupe Al-Mourabitoune, fidèle à Al-Qaïda a revendiqué l'attentat.

>> L'ESSENTIEL

Des hommes armés ont retenu des otages dans l'hôtel Radisson de Bamako.

L'état d'urgence a été décrété.

Selon des sources de sécurité maliennes, l'attaque aurait fait au moins 27 morts, mais le bilan restait encore incertain vendredi soir, tout comme le nombre d'assaillants. Au moins 14 nationalités étaient représentées dans l'hôtel. Il n'y aurait aucun Français parmi les victimes selon Jean-Yves Le Drian.

  • Le groupe Al-Mourabitoune, fidèle à Al-Qaïda a revendiqué l'attentat.

Les forces spéciales françaises sont intervenues pour appuyer les forces maliennes lors de l'assaut.

>> Ce live est à présent terminé, merci de l'avoir suivi.

00h00 - L'état d'urgence décrété sur l'ensemble du territoire

L'état d'urgence est décrété "sur l'ensemble du territoire malien" pour une durée de dix jours à compter de la nuit de vendredi à samedi, a annoncé le gouvernement à l'issue d'un conseil des ministres extraordinaires quelques heures après une attaque avec prise d'otages meurtrière à Bamako.

23h45 - Un Américain mort dans l'attaque contre l'hôtel

Un Américain est mort vendredi dans l'attaque contre l'hôtel Radisson de Bamako. "Nous pouvons confirmer la mort d'un ressortissant américain dans l'attaque contre le Radisson de Bamako, au Mali", a déclaré un diplomate du ministère américain des Affaires étrangères, sans plus de précisions sur l'identité de la victime et sur les circonstances de son décès.

22h30 - Barack Obama condamne l'"attaque terroriste" contre l'hôtel de Bamako

La Maison Blanche a condamné vendredi avec "la plus grande force" l'"attaque terroriste" contre l'hôtel Radisson de Bamako.

21h40 - Au moins 27 morts dans la prise d'otages

La prise d'otages, qui a duré neuf heures, a fait au moins 27 morts, selon un dernier bilan. "Le dernier bilan est d'au moins trois terroristes tués ou qui se sont fait exploser", a affirmé une source militaire, estimant que leur nombre total ne dépassait pas quatre. Quant à leurs victimes, au moins 27 ont péri, a indiqué une source militaire à l'AFP.

20h30 - L'Algérien Mokhtar Belmokhtar "sans doute à l"origine de l'attentat".

L'Algérien Mokhtar Belmokhtar, chef du groupe jihadiste Al-Mourabitoune, fidèle à Al-Qaïda, "est sans doute à l'origine" de l'attentat à l'hôtel Radisson Blu à Bamako, a déclaré vendredi le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. "Il est recherché par de nombreux pays depuis longtemps, il est sans doute à l'origine de cet attentat, encore qu'on n'en est pas tout à fait certain", a dit le ministre sur TF1. L'attaque de l'hôtel a fait au moins 22 morts, selon le ministère malien de la Sécurité intérieure.

20h15 - Pas de Français a priori parmi les victimes

D'après le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, il n'y aurait pas de Français parmi les victimes de la prise d'otages. "A ma connaissance, à cet instant, il n'y aurait pas de Français mais je reste très prudent, l'assaut s'est terminé il y a à peine une heure et donc on n'a pas pu encore identifier l'ensemble des victimes", a déclaré le ministre sur TF1.

19h - Un soutien au Mali sur les réseaux sociaux

Une semaine après les attentats de Paris, les messages de soutien au Mali se multiplient notamment en France. Sur Twitter, des dessinateurs rendent hommage aux victimes de l'attaque.

18h30 - Ban Ki-moon condamne "l'attaque terroriste odieuse" 

Le secrétaire général des Nations Unies a dénoncé vendredi "l'attaque terroriste odieuse" contre l'hôtel Radisson de Bamako. 

Ban Ki-moon s'est déclaré "préoccupé par le fait que ces attaques se tiennent à un moment où des progrès importants sont constatés dans le processus de paix" entre le gouvernement malien et les rebelles touareg du Nord.

18h15 - Au moins 22 morts dans l'attaque de l'hôtel

Des sources de sécurité maliennes indiquent que 22 personnes sont mortes dans la prise d'otages de l'hôtel Radisson.

17h55 - Au moins 14 nationalités présentes dans l'hôtel

Outre 45 Maliens retenus dans l'hôtel et libérés, 14 autres nationalités étaient représentées parmi les clients de l'hôtel dont la France. Douze membres d'équipage d'Air France se trouvaient dans l'hôtel ainsi que quinze autres citoyens français, retenus en otage et libérés.

Des ressortissants d'Algérie, Allemagne, Belgique, Canada, Chine, Côte d'Ivoire, Espagne, Etats-Unis, Inde, Maroc, Russie, Sénégal et Turquie étaient également présents dans l'hôtel. 

17h30 - Incertitude sur le nombre de victimes

Selon les sources le bilan de la prise d'otages fait état d'une vingtaine de victimes. Une source de sécurité étrangères a indiqué à l'AFP que 18 corps ont été retrouvés. Des casques bleus ont rapporté avoir vu 27 corps sur deux étages, indique Reuters.

17h25 - Fin de la prise d'otages

Les services de sécurité maliens ont indiqué que la prise d'otages est terminée. "La prise d'otages est terminée. Nous sommes actuellement en train de sécuriser l'hôtel", a déclaré à l'AFP cette source militaire sous le couvert de l'anonymat.

17h - Deux assaillants tués selon une source militaire malienne

16h50 - Le président IBK salue les forces intervenues lors de l'assaut

Sur le compte Twitter de la présidence malienne, le président Ibrahim Boubakar Keita "salue le professionnalisme des forces de défense et de sécurité du Mali et remercie les pays amis pour leur assistance".

Les terroristes seraient toujours retranchés à l'intérieur de l'hôtel mais ne détiendraient plus d'otages.

16h45 - Les assaillants n'ont plus d'otages

"Ils n'ont plus actuellement d'otage entre leurs mains et les forces sont en train de les traquer", a assuré le ministre de la Sécurité intérieure, le colonel Salif Traoré.

16h35 - Un Belge tué dans la prise d'otages

Un haut fonctionnaire Belge du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a été tué lors de la prise d'otages. Il était "en mission à Bamako dans le cadre d'une convention de collaboration avec la francophonie parlementaire pour une durée de trois jours", a indiqué le porte-parole de l'assemblée cité par l'agence Belga.

16h30 - Au moins 18 morts dans l'attaque

"18 corps ont été retrouvés" indique une source de sécurité étrangère à l'AFP.

16h25 - Une attaque huit mois après l'attentat dans bar de Bamako

Le 7 mars dernier le restaurant "La Terrasse" avait été attaqué par des terroristes venus du nord du Mali. Cinq personnes dont un Français avaient été tuées. 

16h - Un groupe affilié à Al-Qaïda revendique l'attaque de l'hôtel

Selon Reuters, le groupe Al-Mourabitoun affilié à Al-Qaïda a revendiqué sur Twitter l’attaque de l’hôtel Radisson. La revendication n'a pas encore pu être authentifiée.

"C'est un groupe qui est issu de la fusion entre deux groupes. Le Mujao, le mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest" et le mouvement qui est dirigé par Mokhtar Belmokhtar", indique sur BFMTV Angré Bourgeot, directeur de recherche au CNRS. "Les propos tenus par ce groupe sont assez proches des revendication de l'ex-Boko Haram, qui a fait allégence à l'Etat islamique", poursuit-il.

15h45 - "Au moins 6 Américains" mis en sécurité

Au moins 6 Américains ont pu être exfiltrés de l'hôtel, indique l'armée américaine. De nombreuses nationalités sont représentées dans cet hôtel, au moins 8 selon l'AFP qui cite l'Algérie, l'Allemagne, la Belgique, la Chine, les Etats-Unis, la France, l'Inde, la Turquie.

15h30 - Manuel Valls exprime le "soutien total de la France"

Le Premier ministre intervenait au Sénat avant le vote du projet de loi sur l'état d'urgence. "Bamako et le Mali ont été frappés (...) je veux exprimer le soutien total de la France à nos amis maliens et à la démocratie malienne", a-t-il indiqué à la tribune. "Nous sommes à leurs côtés, hier, aujourd'hui et toujours", a poursuivi Manuel Valls.

15h25 - Les forces spéciales françaises envoyées sur place

La France a envoyé des forces spéciales françaises à Bamako, en provenance du Burkina Faso. D'après le ministère de la Défense, elles sont présentes depuis 14h et interviennent dans l'hôtel. Des forces spéciales américains interviennent aussi en appui des forces maliennes.

15h15 - "La situation est préoccupante mais pas désespérée" 

Le président malien Ibrahim Boubakar Keita a estimé depuis le Tchad que la situation à Bamako était "préoccupante mais pas désespérée". Il a lancé un appel au "calme" et appelé à ne pas tomber dans la "psychose"."Notre peuple doit s'habituer un peu à cela", a-t-il toutefois indiqué.

15h10 - Sept Algériens exfiltrés de l'hôtel

Sept Algériens ont pu être exfiltré de l'hôtel où des hommes armés sont toujours retranchés. Des Indiens mais aussi des Chinois présents dans l'hôtel ont également pu sortir.

L'hôtel Radisson est très frèquenté par les étrangers de passage à Bamako, toutes nationalités confondues.

14h55 - 138 personnes toujours dans l'hôtel

"125 clients et 13 employés toujours dans l'hôtel", indique le groupe hôtelier. 

14h20 - "Je me suis barricadé dans ma chambre", raconte un Français

"Ce matin j'étais au 5e étage de l'hôtel dans ma chambre. Juste avant 7 heures du matin j'ai entendu des détonations à l'intérieur", raconte un Français à RMC. "Je me suis mis sur mon balcon voir ce qui se passait, j'ai vu ce que j'ai pris pour être un terroriste avec une kalachnikov qui courrait et qui tirait derrière lui", poursuit-il. La fusillade à l'extérieur s'est ensuite intensifiée avant de rentrer dans l'hôtel. "Ensuite les fusillades ont commencé à monter dans les étages de l'hôtel. Je me suis barricadé dans ma chambre, téléphone en mode silencieux, sans lumière, porte fermée, en espérant que personne ne vienne", raconte ce Français. Il a finalement été délivré par les forces maliennes.

14h15 - Anne Hidalgo apporte son soutien à Bamako

"Au nom des Parisiens, tout mon soutien fraternel et toutes mes pensées au peuple de Bamako" a twitté la maire de Paris, une semaine après les attentats qui ont touché la capitale française.

14h05 - Deux assaillants parlaient en anglais, selon un otage libéré

Un otage libéré, l'artiste guinéen Sékouba Bambino a raconté la prise d'otages au Monde Afrique. "Tout a commencé à 6 heures du matin. Depuis ma chambre 427, au 4e étage, j'ai entendu des coups de feu, très forts et violents", témoigne-t-il. "Les assaillants se déplaçaient d'étage en étage et tiraient partout. Deux d'entre eux parlaient en anglais, avec un accent nigérian. Je les ai entendu dire : " Est ce que c'est bon ? Tu t'es ravitaillé ? Il faut partir de ce côté, moi, je vais de l'autre côté". En fait, ils se ravitaillaient en munitions dans la chambre à côté de la mienne." Sékouba Bambino a pu être libéré par les forces maliennes. 

Un otage chinois a également rapporté à Reuters que les assaillants parlaient anglais. 

13h55 - Les assaillants contrôlent un étage de l'hôtel

Les hommes armés qui ont pénétré dans l'hôtel contrôleraient le dernier étage de l'hôtel. Les otages auraient été regroupés à cet étage. 

13h50 - Au moins 3 otages étrangers tués selon le ministre de la Sécurité

Le ministre de la Sécurité, le colonel Salif Traoré a indiqué à l'AFP que les trois otages tués sont des étrangers. Ni leur nationalité, ni les circonstances de leur mort n'ont été révélées.

13h30 - Le président malien a quitté le Tchad pour Bamako

Ibrahim Boubakar Keita se trouvait à Ndjamena, la capitale tchadienne pour une réunion consacrée au terrorisme. "Je lance un appel au calme et à la sérénité au peuple malien", a-t-il déclaré.

13h20 - Douze employés d'Air France présents à l'hôtel sont "en lieu sûr" Douze membres d'un équipage d'Air France, 2 pilotes et 10 personnels navigants se trouvaient à l'hôtel Radisson au moment de l'attaque, ils ont été exfiltrés. "La totalité de l'équipage Air France est maintenant en lieu sûr", a indiqué Air France dans un communiqué. Par précaution, les vols de la compagnie pour Bamako sont annulés ce vendredi.

13h10 - Une cinquantaine de gendarmes d'élite français envoyés à Bamako. Selon un porte-parole de la gendarmerie, il s'agit d'une quarantaine d'hommes du GIGN et d'une dizaine d'experts de l'institut de recherches criminelles de la gendarmerie nationale (IRGN), rapporte Reuters.

13h00 - Hollande: "nous allons tenir bon encore une fois"

Le président de la République prend la parole vendredi. "Nous allons tenir bon, encore une fois", affirme-t-il et appelle à la solidarité avec le Mali. "La vie doit continuer", reprend-il, mais il appelle également les ressortissants français à la vigilance, au Mali et dans le reste du monde. "Je viens d'avoir le président Ibrahim Keita au Mali. Je lui ai assuré que la France était disponible pour apporter aux forces de son pays le soutien nécessaire", a déclaré François Hollande.

12h55 - Le GIGN français se rend sur place

Le GIGN et l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) vont partir à Bamako pour soutenir les forces maliennes.

12h53 - 80 otages seraient libérés

Selon la télévision publique malienne, 80 otages auraient été libérés. "Nos forces spéciales ont libéré une trentaine d'otages et d'autres ont pu s'échapper tout seuls", a déclaré le ministre de la Sécurité, le colonel Salif Traoré.

12h45 - Trois gardes chargés de la sécurité blessés

Un secouriste présent sur les lieux a indiqué avoir assisté tôt vendredi matin trois gardes chargés de la sécurité de l'hôtel qui étaient blessés, dont un grièvement par balle.

12h40 - Un numéro d'urgence 

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères communique le numéro d'urgence ouvert à la cellule de crise du quai d'Orsay.

12h30 - Deux personnes membres de l'ONU évacuées

Deux personnes appartenant à l'ONU étaient dans l'hôtel et en ont été évacuées, affirme Olivier Salgado, porte-parole de la Minusma, la mission de l'ONU pour la stabilisation au Mali.

12h20 - Un policier blessé

Un membre de la police malienne a été blessé au cours de l'assaut, rapporte Sébastien Rieussec, correspondant de l'AFP à Bamako. Le calme semble être revenu aux alentours de l'hôtel.

12h15 - Les routes bloquées autour de l'hôtel

Selon le site Les Observateurs, les routes autour de l'hôtel Radisson ont été barrées par les forces de l'ordre.

12h00 - Des Chinois parmi les otages

Au moins sept touristes chinois se trouvent parmi les otages, ainsi que six membres de la compagnie aérienne turque Turkish Airlines.

11h55 - Les assaillants ont crié "Allahu Akbar"

Selon Reuters, des hommes armés sont entrés tôt ce vendredi matin en tirant et criant "Allahu Akbar"

11h54 - L'hôtel Radisson, le plus sécurisé de Bamako

"L'hôtel Radisson est réputé être l'hôtel le plus sécurisé de la ville", rapporte Sébatien Rieussec, correspondant AFPTV à Bamako. L'établissement attaqué à Bamako vendredi se situe dans le quartier d'affaire, au cœur de la capitale du Mali.

11h50 - Cellule de crise au quai d'Orsay

Une cellule de crise a été activée au ministère des Affaires étrangères. Il s'agit notamment de localiser les Français expatriés au Mali et de s'assurer qu'ils sont en sécurité.

11h35 - Assaut donné à l'hôtel Radisson

L'assaut a été donné à l'hôtel Radisson de Bamako, annonce le ministère malien de la Sécurité.

11h30 - Une dizaine de personnes évacuées

Les forces de sécurité déployées autour de l'hôtel affirment avoir évacué "une dizaine de personnes" de l'établissement.

10h00 - Prise d'otages à l'hôtel Radisson de Bamako

170 personnes sont retenues dans l'hôtel le plus luxueux de la capitale malienne: parmi elles, 140 sont des clients, et 30 sont des employés de l'établissement.