BFMTV

Kenya: que sait-on du commando?

La milice islamiste al-Shebab, ici en Somalie.

La milice islamiste al-Shebab, ici en Somalie. - -

Au lendemain de la fin de l'attaque qui a coûté la vie à au moins 67 personnes à Nairobi au Kenya, le doute persiste quant à la composition du commando islamiste shebab.

Alors que le bilan de l'attaque du centre commercial Westgate de Nairobi, au Kenya, demeure flou - 67 morts selon les autorités, 137 selon les islamistes somaliens, la composition et l'organisation du commando suscite encore de multiples interrogations. On parle de 10 à 15 hommes, BFMTV.com fait le point.

> Qui sont les commanditaires de l'attaque?

L'attaque a été revendiquée par la mouvance islamiste somalienne al-Shebab. Les Shebabs -"jeunes" en arabe- sont des islamistes somaliens, soupçonnés d'entretenir des liens très forts avec al-Qaïda. Certaines estimations évaluent leurs effectifs à près de 5.000 combattants. Ce sont ces liens avec la "Base" créée par Oussama Ben Laden qui auraient permis une opération d'une telle ampleur, notamment d'un point de vue logistique.

Un proche du chef suprême du mouvement, Ahmed Abdi aw-Mohamed, dit Godane, a d'ailleurs affirmé mercredi à l'AFP que l'attaque ne se serait pas faite sans son aval.

> Un commando ultra-préparé

Le commando shebab connaissait parfaitement la configuration du centre commercial Westgate de Nairobi et aurait minutieusement répété l'attaque dans ses camps en Somalie, affirme le New York Times, qui cite des sources gouvernementales américaines.

Toujours selon les mêmes sources citées par le quotidien, des armes avaient été cachées dans le bâtiment, comme une mitrailleuse lourde, qui a servi à repousser les assauts des forces de sécurité kényanes.

Enfin, le commando avait préparé des vêtements de rechange pour se changer et s'échapper au milieu des civils juste après l'attaque. Ces éléments pourraient démentir la volonté d'une attaque suicide, même si un spécialiste interrogé par BFMTV.com affirme que le commando "était prêt à mourir, sans négociation possible".

> Des étrangers parmi le commando?

Selon plusieurs témoignages, les assaillants communiquaient en anglais. Le compte Twitter @HSM-PRESS2 (fermé désormais), cité par Le Monde, a dressé une liste où apparaissent les nationalités américaine, britannique, finlandaise, syrienne, russe, canadienne et somalienne.

Une communauté somalienne basée à Minneapolis a également été pointée du doigt.

-
- © -

En outre, très vite après le début de l'attaque, le nom de la Britannique Samantha Lewthwaite, dite la "veuve blanche", est apparu, notamment après que la ministre kényane des Affaires étrangères, Amina Mohamed, a affirmé qu'une Britannique avait participé à l'attaque.

Par ailleurs, et alors qu'est évoquée la possibilité que des Américains aient participé à l'action, Londres a confirmé qu'une personne de nationalité britannique avait été appréhendée à Nairobi, avant d'affirmer qu'aucun lien avec les terroristes n'avait été établi.

> Quelle issue pour le commando?

Cinq d'entre eux sont morts durant l'assaut des forces de sécurité kényanes et onze autres ont été arrêtés en vue d'être interrogés, selon le président kényan Uhuru Kenyatta. Néanmoins, aucune preuve n'a été donnée à propos du sort de ces combattants, morts ou vifs.

Samuel Auffray avec AFP