BFMTV

Burkina: le gouvernement accuse les ex-putschistes d'avoir "pris en otage" des soldats

Manifestation place de la Nation à Ouagadougou le 16 septembre 2015

Manifestation place de la Nation à Ouagadougou le 16 septembre 2015 - AHMED OUOBA / AFP

Le gouvernement de transition burkinabè a accusé lundi l'ex-chef putschiste Gilbert Diendéré et "une poignée d'irréductibles" du Régiment de Sécurité présidentielle (RSP), auteur du coup d'Etat avorté, d'avoir "pris en otage" des soldats chargés de les désarmer.

"Le processus de désarmement commencé samedi a été brutalement remis en cause hier par le général Diendéré", souligne le gouvernement dans un communiqué en affirmant que le camp putschiste avait "pris en otage non seulement les membres de l'ancien RSP désireux de rejoindre le camp de la raison, mais aussi le personnel des forces armées nationales chargé de l'enlèvement des armes".

Un peu plus tôt dans la journée, l'ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l'unité d'élite de l'armée burkinabè, auteur d'un coup d'Etat avorté contre le gouvernement de transition, a refusé de poursuivre le désarmement, a annoncé lundi l'état-major général des armées dans un communiqué.

Ce processus de désarmement, prévu par un accord entre l'armée loyaliste et les putschistes est "dans une impasse", souligne l'état-major, qui dénonce "le refus de l'ex-Régiment de sécurité présidentielle (RSP, dissoute vendredi par le gouvernement, ndlr) de poursuivre le désarmement en créant des incidents et en agressant le personnel chargé de cette mission".

la rédaction avec AFP