BFMTV

Attentats de 2015 en Tunisie: prison à vie pour sept accusés

Le drapeau tunisien.

Le drapeau tunisien. - FETHI BELAID / AFP

D'autres accusés ont été condamnés à des peines allant de 16 ans à 6 mois de prison. Aucune condamnation à mort n'a été prononcée.

La justice tunisienne a condamné sept accusés à la prison à vie dans les procès des attentats du Bardo et de Sousse en 2015, a indiqué le porte-parole du Parquet, Sofiène Sliti.

D'autres accusés ont été condamnés à des peines allant de 16 ans à 6 mois de prison, 27 accusés ont bénéficié d'un non-lieu, et aucune condamnation à mort n'a été prononcée, a ajouté le porte-parole. Le tribunal de première instance de Tunis a décidé de renvoyer les deux affaires en appel, a-t-il précisé.

Une dizaine bénéficie d'un non-lieu

Pour le procès de l'attaque contre le musée du Bardo, trois accusés ont été condamnés à la prison à vie pour "homicide volontaire", "participation dans un homicide volontaire", et "agression visant le changement de l'aspect civil de l'Etat".

Dans ce même procès, des peines d'emprisonnement allant de 16 ans à un an ont été prononcées et une dizaine d'accusés ont bénéficié d'un non-lieu, selon la même source.

Quatre Français tués

Au total 25 accusés ont été poursuivis dans le cadre de l'attentat contre le musée du Bardo, 22 en détention et trois en liberté.

Vingt-deux personnes - un agent de sécurité tunisien et 21 touristes - avaient été tuées dans cette attaque le 18 mars 2015. Parmi elles, quatre Français, quatre Italiens, trois Japonaises et deux Espagnols.

Dans l'affaire de l'attaque contre un hôtel à Sousse, quatre accusés ont été condamnés à la prison à vie pour également "homicide volontaire", "participation dans un homicide volontaire" et "agression visant le changement de l'aspect civil de l'État".

26 personnes poursuivies

Cinq accusés ont été condamnés à des peines variant entre 6 ans et 6 mois et 17 accusés ont bénéficié d'un non-lieu, a précisé Sofiène Sliti. Au total 26 personnes ont été poursuivies dans cette affaire, dont 18 placés en détention et 8 en état de liberté, selon la même source.

L'attentat de Sousse, dans lequel 30 Britanniques avaient été tués, fait aussi l'objet d'une procédure devant la Cour royale de justice de Londres, visant à reconstituer les faits.

Les accusés dans les deux procès ont été jugés en vertu d'une loi antiterroriste adoptée à l'été 2015.

Jules Pecnard avec AFP