BFMTV

Attaque à Nairobi: le Kenya cherche toujours ses disparus

La confusion règne toujours sur le sort des disparus, une semaine après l'attaque du centre commercial Westgate, à Nairobi, au Kenya.

La confusion règne toujours sur le sort des disparus, une semaine après l'attaque du centre commercial Westgate, à Nairobi, au Kenya. - -

La confusion règne toujours au Kenya sur le sort des personnes portées disparues.

Le Kenya continue à chercher ses disparus. Une semaine après la dramatique attaque du centre commercial Westgate par un commando shebab, la confusion règne toujours sur le sort des personnes portées disparues.

Selon la Croix-Rouge kényane, une soixantaine de personnes manquent toujours à l'appel, et les Kényans s'impatientent face au manque d'informations, voire aux informations contradictoires, qui filtrent sur la présence de cadavres à l'intérieur du bâtiment dévasté.

Les enquêteurs kényans, aidés par plusieurs agences internationales, continuent de passer au peigne fin les étages du centre commercial, dont une vaste partie, frappée par un violent incendie pendant le siège du bâtiment, s'est effondrée.

Beaucoup de questions sans réponses

L'attaque, revendiquée par les shebabs, qui ont dit agir en représailles de l'intervention militaire kényane lancée dans le sud somalien fin 2011, a d'ores et déjà fait 67 morts - 61 civils et six membres des forces de l'ordre. Il s'agit du pire attentat au Kenya depuis celui contre l'ambassade américaine en 1998, au cours de laquelle plus de 200 personnes étaient mortes.

Le chef de la Croix-rouge kényane, Abbas Gullet, a affirmé que de nombreux cadavres étaient encore dans le centre commercial.

La confusion et l'impatience des Kényans viennent de ce que le ministre de l'Intérieur, Joseph Ole Lenku, assure depuis plusieurs jours qu'il ne reste plus qu'un nombre "marginal" de corps dans le bâtiment. Mais le sort des disparus n'est pas la seule question qui reste aujourd'hui sans réponse.

L'identité et le sort des assaillants restent également inconnus et les Kenyans s'interrogent aussi sur le degré de préparation de leurs autorités à des attaques de ce genre.

Les autorités prévenues avant l'attaque?

Par ailleurs, des sources sécuritaires ont confirmé que les autorités kényanes avaient été prévenues, notamment par Israël, d'un risque élevé d'attentat peu avant l'attaque contre le centre commercial Westgate.

Des ministres kényans et les chefs des différents services de sécurité avaient reçu des informations de la part des principaux partenaires du Kenya en matière de sécurité. Ces sources prévenaient d'un projet d'attaque de grande ampleur.

A. K. avec AFP