BFMTV

Pistorius a lui-même appelé les secours après avoir tué sa petite amie

Oscar Pistorius lors de l'audience de ce mardi 25 mars devant le tribunal de Pretoria, en Afrique du Sud.

Oscar Pistorius lors de l'audience de ce mardi 25 mars devant le tribunal de Pretoria, en Afrique du Sud. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Ce mardi matin, lors du procès de l'athlète sud-africain, le tribunal de Pretoria s'est penché sur ses relevés téléphoniques la nuit de la mort de Reeva Steenkamp.

Oscar Pistorius, jugé pour le meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp, a appelé lui-même l'ambulance la nuit du meurtre. C'est ce que révèlent les relevés d'appels effectués la nuit du drame, le 14 février 2013. Des relevés examinés mardi matin, à la seconde près, par le tribunal de Pretoria qui juge le champion paralymique.

"A 3h19, on a un appel d'Oscar Pistorius à Johan Stander", le manager de sa résidence, a expliqué mardi matin l'avocat de la défense Barry Roux. "Exact", a admis François Moller, l'expert en télécommunications de la police sud-africaine.

Et quand Barry Roux indique: "à 3h20:05, c'est un appel au 911", le service d'ambulance, avec lequel l'athlète est resté "66 secondes au téléphone" avant de joindre le vigile de la résidence, l'expert acquiesce de nouveau. Dans la panique, Pistorius se trompe de bouton sur son téléphone portable et appelle "accidentellement" son répondeur. "Exact", confirme encore l'enquêteur.

Des appels à un ami, son frère et son manager

Le travail de François Moller consistait à traquer tous les appels et mouvements d'Oscar Pistorius les 13 et 14 février: horaires, durées, borne-relais utilisée par l'un ou l'autre de ses deux téléphones. L'appareil lié à son numéro "officiel" est resté éteint après minuit.

Depuis l'autre téléphone, un appel a ensuite été passé à Justin Devaris, un ami de Pistorius concessionnaire en voitures de luxe à 3h54, à son frère Carl à 4h01 et à son manager Peet van Zyl (4h09).

M. T. avec AFP