BFMTV

 37 Saoudiens condamnés pour "terrorisme" exécutés

Mohammed ben Salmane, le prince héritier d'Arabie saoudite, lors de la Coupe du monde 2018 avec Gianni Infantino, président de la Fifa, et Vladimir Poutine, président de la Russie

Mohammed ben Salmane, le prince héritier d'Arabie saoudite, lors de la Coupe du monde 2018 avec Gianni Infantino, président de la Fifa, et Vladimir Poutine, président de la Russie - AFP

37 Saoudiens ont été exécutés dans le royaume ce mardi. Ils avait été reconnus coupables de terrorisme.

Le ministère de l'Intérieur saoudien a annoncé que trente-sept locaux ont été exécutés ce mardi après avoir été condamnés pour "terrorisme".

Ces exécutions massives ont eu lieu dans cinq régions: la capitale Ryad, les villes saintes de La Mecque et de Médine, la région sunnite d'Al-Qassim, et celle de la Province orientale où est concentrée la minorité chiite.

Ces personnes avaient préalablement toutes été reconnues coupables d'"avoir adopté la pensée terroriste extrémiste" et d'"avoir formé des cellules terroristes", a affirmé le ministère dans son communiqué publié par l'agence officielle SPA.

Les exécutions ont généralement lieu par décapitation en Arabie saoudite. Le ministère a néanmoins précisé que l'un des hommes avait ensuite été crucifié. Un traitement réservé aux auteurs de crimes particulièrement graves.

Les dernières exécutions massives remontent à 2016

Les précédentes exécutions massives en Arabie saoudite remontent à janvier 2016. 47 personnes, également condamnées pour "terrorisme", dont le chef religieux chiite Nimr Baqer al-Nimr, avaient été mises à mort le même jour.

Cela avait alors entraîné de vives tensions et la rupture des relations diplomatiques entre Ryad et Téhéran.

Avec AFP