BFMTV

Victime de la pollution, une Parisienne attaque l’Etat en justice

-

- - Le nuage de pollution cache la Tour Eiffel.

Une Parisienne de 57 ans a décidé d'attaquer l'Etat en justice après de nombreux problèmes de santé aggravés par la pollution. Elle demande réparation et reproche à l'Etat de ne pas faire appliquer les normes anti-pollution. D'autres victimes pourraient à leur tour engager des actions.

Lors des épisodes de pollution, sa vie devient un enfer. Clotilde Nonnez, une Parisienne de 57 ans souffre de plusieurs pathologies respiratoires. Asthme, bronchites chroniques, pneumonie font partie de son quotidien malgré une hygiène de vie saine. Ses problèmes de santé ont débuté depuis son installation dans la capitale il y a 30 ans, a-t-elle confié à Franceinfo.

"J'ai été danseuse professionnelle avant d'être professeur de yoga donc j'ai toujours été sportive, je n'ai jamais fumé. J'ai toujours eu une hygiène de vie très saine. Très rapidement, en arrivant à Paris, j'ai développé un asthme important", explique-t-elle. 

Une vie rythmée par les traitements

La situation s'aggrave pour elle, lorsque Paris traverse des épisodes de pollution, comme en décembre dernier. Pendant ces trois semaines marquées par un pic de pollution hivernal particulièrement intense, la santé de Clothilde Nonnez s'est rapidement dégradée.

"J'ai vu une évolution dans les douleurs thoraciques. Ca a été pire que tout. J'ai eu peur parce que j'ai senti tout de suite qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas. Mon cardiologue a bien voulu me recevoir sans rendez-vous. Il m'a fait une échographie cardiaque et c'est là qu'il a vu l'épanchement. Ma bronchite a fait un épisode de péricardite aigüe", détaille-t-elle. 

Lassée de subir la pollution et de voir sa vie rythmée par les traitements, elle a décidé de déposer plainte et d'attaquer l'Etat. Certificats médicaux à l'appui, elle demande réparation. Ses différentes pathologies contractées depuis plusieurs années ont eu des conséquences sur sa vie professionnelle, marquée par des arrêts maladie. Elles ont également entraîné d'importants frais médicaux.

Une trentaine de victimes pourraient aussi porter plainte

Soutenue par des associations, elle est la première a faire cette démarche, mais son cas n'est pas isolé. "Il y a une trentaine d'autres dossiers en cours", confirme à BFMTV.com Sébastien Vray, porte-parole de l'association Respire, qui a accompagné Clothilde Nonnez dans sa démarche. Comme elle, ces autres victimes de la pollution estiment que l'Etat est responsable par son inaction.

"Notre revendication est simple: que la loi soit appliquée. Les seuils de pollution sont dépassés depuis le mois de mars en Ile-de-France", poursuit Sébastien Vray. 

S'il salue des actions de plusieurs villes comme Paris ou Grenoble pour réduire la place de la voiture, il déplore que le problème ne soit pas "traité à la source". Agacé par les scandales Volkswagen ou Renault sur le diesel avec des normes anti-pollution non respectées, le porte-parole de Respire regrette également l'absence de grand plan pour réduire la pollution dans l'industrie: "Toutes ces choses mises bout à bout démontrent une inaction globale". 

Avec son association, Sébastien Vray espère que l'action de Clothilde Nonnez aboutira, pour ouvrir la voie à d'autres victimes. Il en appelle aussi à Nicolas Hulot, le nouveau ministre de l'Environnement pour qu'il se "mobilise totalement" sur la question de la pollution. 

Carole Blanchard