BFM Auto

La vignette Crit’Air, premier pas vers un Paris zéro diesel en 2020

La vignette Crit'Air, obligatoire en semaine et en journée à Paris depuis ce lundi 16 janvier, marque le début d'une réduction progressive de l'accès des voitures à la capitale.

La vignette Crit'Air, obligatoire en semaine et en journée à Paris depuis ce lundi 16 janvier, marque le début d'une réduction progressive de l'accès des voitures à la capitale. - Yann Caradec - Wikimedia commons

A l'occasion du premier jour d'obligation d'apposer une vignette Crit'Air sur les véhicules circulant à Paris, l'adjoint de la maire de Paris a réaffirmé l'objectif de la capitale de bannir les voitures roulant au diesel d'ici à 2020. A partir du 1er juillet prochain, les voitures diesel d'avant 2001 ne pourront déjà plus circuler.

Depuis ce lundi 16 janvier, il faut avoir une vignette Crit'Air derrière son pare-brise pour pouvoir circuler à Paris du lundi au vendredi de 8h à 20h. Si le non-port de la vignette n'est pas encore sanctionné, la mairie de Paris compte bien utiliser ce système pour réduire la circulation automobile dans la capitale.

De nouveaux véhicules diesel interdits au 1er juillet 2017

Le système de la vignette a deux principales vocations. Lors des pics de pollution, il doit ainsi permettre de remplacer la circulation alternée par la circulation différenciée (en autorisant seulement certaines vignettes à rouler). Mais au quotidien, les vignettes représentent aussi un moyen de bannir certains véhicules du trafic routier à Paris. Depuis l'an dernier, les voitures immatriculées avant 1997 (qui n'ont pas le droit à une vignette Crit'Air) sont par exemple interdits de circuler à Paris en semaine de 8h à 20h. Cette année, à partir du 1er juillet, cette interdiction permanente sera ainsi étendue aux véhicules portant la vignette numéro 5, ce qui ajoutera les véhicules diesel immatriculés avant 2001.

Une zone bientôt étendue au Grand Paris

Pour les prochaines années, il est toutefois pour le moment impossible de savoir quelles seront les prochaines vignettes partiellement privées d'accès à la capitale. "Il n'y a pas encore de calendrier ferme qui a été fixé puisque nous souhaitons en discuter avec la métropole du Grand Paris pour à terme étendre le périmètre de la ZCR (la zone de circulation restreinte, pour le moment limitée à Paris intra-muros et hors périphérique, Ndlr)", indique Christophe Najdovski, adjoint à la maire de Paris chargé des transports.

La métropole du Grand Paris doit établir un plan de qualité de l'air d'ici à la fin de l'année 2017, ce qui devrait permettre de mieux connaître le périmètre (a priori les villes les plus proches de Paris à l'intérieur de l'A86) et les futurs véhicules visés. 

Et un objectif zéro diesel pour 2020

Si Paris ne veut donc pas faire cavalier seul sur ce terrain, la mairie reste ferme sur son objectif de priver les véhicules diesel à partir de 2020. "L'objectif zéro diesel à Paris, c'est 2020, comme l'a maintes fois réaffirmé la maire de Paris, même si au niveau national ou dans d'autres villes il peut y avoir un horizon plutôt à 2025", souligne Christophe Najdovski. 

En attendant, et avec la verbalisation pour non-port de la vignette qui pourrait démarrer au printemps, la mairie de Paris réfléchit aux moyens de contrôler les véhicules. L'idée serait de passer par une identification automatisée des plaques d'immatriculation, à travers les radars fixes qui peuvent désormais être multifonctions, ou des caméras embarquées dans des véhicules. Paris veut également inciter les Franciliens à adopter un véhicule plus propre avec des voies de circulation dédiées et des facilités de stationnement. Pour accélérer sur l'intermodalité entre automobile individuelle ou partagée et transports en commun, 10.000 places de parking doivent être créées cette année au niveau des stations de RER et des terminus de métros. 

Améliorer la qualité de l'air à Paris

Objectif affiché: améliorer la qualité de l'air, même si l'origine automobile de la pollution fait toujours débat. "A Berlin où ce système de limitation de la circulation existe depuis bientôt dix ans, on a une réduction significative des polluants, de -20% à -50% selon le type de polluant, explique Christophe Najdovski, qui rappelle que la moitié des Parisiens respirent aujourd'hui un air trop pollué.

"L'objectif de la ville de Paris c'est de respecter les normes de qualité de l'air fixé par l'Union européenne, il faut savoir que la France est actuellement sous le coup d'une sanction de la Commission européenne pour non-respect de ces normes, poursuit-il. L'Etat nous a donné un outil avec les vignettes et nous l'utilisons. La pollution tue et donc cette urgence nous devons la prendre à bras le corps." 

Julien Bonnet