BFMTV

Un sac plastique retrouvé dans l'endroit de l'océan le plus profond au monde

Des déchets plastiques sur la plage de Bao à côté de Dakar, au Sénégal, en 2015

Des déchets plastiques sur la plage de Bao à côté de Dakar, au Sénégal, en 2015 - Seyllou-AFP

Un sac plastique a été retrouvé dans la fosse océanique la plus profonde de la planète, à 11 kilomètres de profondeur. Les scientifiques qui ont fait cette découverte ont étudié pendant plus de trente ans les fonds marins.

Les abysses sont loin d'être préservés de la pollution. Un sac plastique a été retrouvé dans la fosse des Mariannes, qui se trouve à plus de 11 kilomètres de profondeur dans le nord-ouest l'océan Pacifique, au large des Philippines, rapporte Euronews. Cet endroit est pourtant connu pour être le plus profond de la planète.

Cette découverte a été faite après une étude et une collecte de données depuis 1983 des fonds marins, selon une étude publiée sur Science direct. En plus de ce sac qui a été observé en 1998 à 10.898 mètres de profondeur, d'autres déchets plastiques ont été retrouvés. Selon les chercheurs japonais de l'Agence japonaise des sciences de la mer et de la terre, quelque 90% d'entre eux étaient issus de produits à usage unique, comme des bouteilles ou des emballages.

3500 déchets

Au total, les scientifiques ont compté plus de 3500 déchets ou débris, dont un tiers de micro-plastiques, c'est-à-dire de plus de cinq millimètres. Tous ont été référencés sur ce site.

"Comme la mer profonde est susceptible d'être la destination finale des débris plastiques flottants, la fréquente occurrence et la distribution généralisée des débris plastiques en mer profonde, loin des zones côtières peuplées, indique qu'un grand nombre de déchets plastiques se répandent par les colonnes d'eau et en haute mer", selon les chercheurs.

50 fois plus de PCB

Ce n'est pas la première fois que la pollution de ce site que l'on pourrait croire isolé et à l'abri de la pollution est évoquée. L'année dernière, une étude publiée dans la prestigieuse revue Nature avait évoqué les hautes teneurs en PCB présentes dans la fosse des Mariannes. Elles étaient cinquante fois supérieures à celles retrouvées dans des crabes de l'un des fleuves les plus pollués de Chine.

Selon l'ONG Greenpeace, l'espèce humaine produit en moyenne chaque année 300 millions de tonnes de plastiques et estime qu'entre 8 à 12 millions de tonnes finissent dans les océans, "l'équivalent d’un camion poubelle chaque minute".

Céline Hussonnois-Alaya