BFMTV

Trois milliards d'animaux ont été affectés par les incendies en Australie

Un kangourou sauvé des incendies par un groupe de volontaires, le 9 janvier 2020

Un kangourou sauvé des incendies par un groupe de volontaires, le 9 janvier 2020 - Saeed Khan

Une nouvelle étude révèle que trois milliards d'animaux auraient été tués ou déplacés dans les feux de brousse australiens.

D'après une étude réalisée par des scientifiques australiens, 3 milliards d'animaux ont été "affectés" - tués ou déplacés - par les incendies de fin 2019 qui ont ravagé le pays-continent.

Le Fond mondial pour la nature ou WWF a financé une étude sur les conséquences de ces "mégafeux" menée par 10 scientifiques. Selon celle-ci, les chiffres préalablement annoncés en janvier se révélent être largement sous-estimés.

Une catastrophe pour la faune

Ces feux de brousse ont mis en péril toute la biodiversité australienne ce qui aurait contribué à la menace d'extinction de nombreuses espèces. Selon cette étude publiée par The Guardian, 143 millions de mammifères, 180 millions d'oiseaux, 51 millions de batraciens et 2,5 milliards de reptiles ont été affectés par ces incendies dévastateurs.

Par ailleurs, de nombreux animaux ne seraient pas morts immédiatement sous le coup des flammes mais dans les suites de ces incendies par déshydratation, famine ou mangés par des prédateurs.

"Il est difficile de penser à un autre événement, où que ce soit dans le monde qui ait tué ou déplacé autant d'animaux. C'est l'une des pires catastrophes de l'histoire moderne pour la faune sauvage" a déclaré Dermot O'Gorman, directeur général du WWF-Australie.

Chris Dickman, qui a supervisé le projet affirme que ce bilan a été un véritable choc et que le nombre d'animaux affectés est "si important que vous ne pouvez pas le comprendre. C'est presque la moitié de la population humaine de la planète".

La conséquence du réchauffement climatique

Le rapport de WWF insiste sur le fait que ces incendies destructeurs sont exclusivement le fruit du réchauffement climatique. Les "mégafeux" dans le sud-est des Etats de la Nouvelle-Galles du Sud et de Victoria débutent maintenant dès le mois d'août, soit trois mois plus tôt que dans les années 1950. Aussi, une étude relève que les feux de brousse auraient été multipliés par 4 depuis 1900.

Les scientifiques qui ont réalisé l'investigation expliquent qu'une révision des lois nationales australiennes sur l'environnement est nécessaire. Ce rythme de perte de biodiversité est alarmant et les défis environnementaux constituent un enjeu essentiel à prendre en compte dans les politiques actuelles.

Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a répondu en affirmant que de nouvelles normes environnementales nationales seraient introduites.

Barbara Fogiel Journaliste BFMTV