BFMTV

Réduire le gaspillage alimentaire, nouvel enjeu gouvernemental

Chaque année, les Français jetteraient entre 20 et 30 kg de nourriture

Chaque année, les Français jetteraient entre 20 et 30 kg de nourriture - -

Le ministre délégué à l'agroalimentaire, Guillaume Garot, a annoncé mardi son objectif de diviser par deux le volume des déchets alimentaires d'ici à 2025. Explications.

Chaque année, les Français jetteraient entre 20 et 30 kilos d'aliments. Parmi ceux-ci, 7 kg ne seraient même pas sortis de leurs emballages... C'est ce qu'a déclaré dimanche, dans un entretien au JDD, le ministre délégué à l'agroalimentaire Guillaume Garot. Soit "400 euros pour une famille de quatre", selon ses calculs.

A l'occasion du Sial, le Salon international de l'agroalimentaire qui se tient jusqu'à jeudi à Villepinte (Seine-Saint-Denis), le ministre a donc dévoilé les grandes lignes de son "pacte" pour réduire de moitié, d'ici à 2025, le volume des déchets alimentaires. Ceci afin de répondre à une résolution du parlement européen adoptée début 2012.

"Manger c'est bien, jeter ça craint"

Première mesure : sensibiliser le consommateur. A grands renforts de slogans, comme "manger c'est bien, jeter ça craint", une campagne publique vient d'être lancée sur Internet. "Sur le mode de l'humour, afin de ne culpabiliser personne", a précisé Guillaume Garot.

Sur la plate-forme gouvernementale gaspillagealimentaire.fr sont ainsi compilées quelques bonnes idées pour moins gaspiller. Exemples : comment bien ranger son frigo en plaçant au premier rang les produits qui périment vite, se concocter une brioche perdue pour éviter de perdre ses vieux morceaux de brioche, ou encore bien faire la distinction entre date de péremption et date limite d'utilisation optimale, cette dernière ne rendant pas le produit plus dangereux une fois dépassé.

Vendre les produits à l'unité

Autre acteur de la chaîne agroalimentaire visé par le gouvernement, la grande distribution. Le ministre souhaiterait notamment privilégier la vente de produits à l'unité sur les rayons des supermarchés. "Certains industriels [Le Monde.fr cite les enseignes Monoprix et Auchan] réfléchissent avec nous à une réduction des volumes", a précisé Guillaume Garot.

Autre mesure : "Favoriser les promotions différées". Trois steaks pour le prix de deux ? C'est tentant, mais pas forcément gagnant si le troisième finit par périmer faute d'occasion de le manger. D'où l'idée de mettre en place système permettant d'aller retirer plus tard la partie du lot qui est en promo, au lieu de retirer le lot entier le même jour.

Pour Guillaume Garot, il est également important que les enseignes de grande distribution anticipent mieux les dates de péremption afin de pouvoir redistribuer les invendus à l'aide alimentaire.

"La juste portion"

Enfin, la gestion des stocks alimentaires en restauration collective fera l'objet d'une réflexion particulière. Comment éviter le gâchis de hachis parmentier dans les cantines ? "En ajustant mieux les portions alimentaires", a répondu le ministre.

En janvier, cinq opérations pilote seront donc lancées dans des collèges de Dordogne et un restaurant d'entreprise en Mayenne. Ceci afin de trouver "la juste portion", et de moins nourrir les poubelles.

>> A lire aussi : Tu as des pâtes, j'ai de la bolo, vidons ensemble nos frigos