BFMTV

Réchauffement climatique: nouvelle étude alarmante sur les conséquences de la fonte des glaces

De la glace en train de fondre (Photo d'illustration).

De la glace en train de fondre (Photo d'illustration). - Flickr- CC Commons - Christopher Michel

Une nouvelle étude internationale met en garde contre les risques de la fonte des glaces liée au réchauffement climatique. Les chercheurs ont modélisé deux scénarios différents, en fonction du niveau d'émissions de gaz à effet de serre.

Le niveau des mers pourrait monter d'une quarantaine de centimètres d'ici la fin du siècle en raison de la fonte des calottes glaciaires due au réchauffement climatique, avertit une nouvelle étude publiée ce jeudi.

Des scientifiques de près de 40 instituts spécialisés internationaux ont modélisé deux scénarios d'émissions de gaz à effet de serre du Giec, le groupe des experts de l'ONU sur le climat, pour cette étude, objet d'une série de publications dans la revue Cryosphère.

Vers une hausse de 40 cm du niveau de la mer d'ici 2100

Dans le premier, une poursuite régulière de l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre, la fonte des glaces dans l'Antarctique ferait monter le niveau des mers jusqu'à 30 centimètres, et celle du Groenland de 9 centimètres supplémentaires.

Dans un scénario de forte réduction des émissions, la fonte de la calotte Groenlandaise pourrait néanmoins rajouter trois centimètres au niveau des mers.

Les modélisations sur l'Antarctique, soumis à davantage de facteurs extérieurs, donnent différents résultats dans ce deuxième scénario, y compris un accroissement des glaces pouvant faire baisser le niveau des mers de près de 8 centimètres.

Début septembre, une étude publiée dans la revue Nature climate change avait déjà conclu à une possible élévation des mers de 40 centimètres d'ici 2100, scénario catastrophe qui mettrait en danger des centaines de millions d'habitants des zones côtières. En septembre 2019, un rapport spécial du Giec avait estimé que plus d'un milliard de personnes vivraient d'ici le milieu du siècle dans des zones côtières peu élevées particulièrement vulnérables.

Des centaines de millions d'habitants menacés

Interrogé sur les importantes variations entre les scénarios, Anders Levermann, chercheur au Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK) et un des auteurs de l'étude, a estimé que "l'incertitude ne doit pas être une raison d'attendre, au contraire elle appelle un action urgente. Nous savons que quelque chose va se passer, nous ne savons juste pas à quel point ce sera grave".

En février, une étude synthétisant des modélisations réalisées dans 27 instituts internationaux et coordonnée par le PIK avait estimé que la seule fonte dans l'Antarctique pourrait entraîner une hausse du niveau des océans jusqu'à 58 centimètres d'ici la fin du siècle, si le rythme global des émissions restait inchangé.

Les calottes antarctique et du Groenland contiennent assez de glace pour faire monter le niveau des eaux de 65 mètres si elles fondaient entièrement.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV