BFMTV

Pollution: circulation alternée à Paris et Lyon, un léger mieux attendu

L'épisode de pollution hivernale est toujours élevé en région parisienne et lyonnaise, où la circulation alternée a été mise en place ce vendredi. Une amélioration est prévue à Paris, avec la fin de l'épisode de pollution au moins ce week-end.

Malgré une légère amélioration attendue grâce à la météo, l'indice de pollution reste "élevé" à Paris et "très mauvais" à Lyon. La circulation alternée est reconduite ce vendredi dans la capitale et dans 22 communes de la petite couronne et mise en place à Lyon et Villeurbanne. Seuls les véhicules avec une plaque d'immatriculation se terminant par un chiffre impair pourront circuler. A Paris, Airparif a annoncé la fin de l'épisode de pollution samedi, avec une pollution moyenne aux particules fines.

20% de pollution en moins

Pour faciliter les déplacements, les transports en commun seront gratuits à partir de 16h à Lyon pour la Fêtes des lumières, mais pas avant, pour des raisons de coût, selon la métropole de Lyon. A Paris les transports publics sont gratuits. Les autorités ont promis une "intensification des contrôles et des verbalisations", un appel au civisme des automobilistes n'ayant pas empêché d'importants bouchons jeudi.

Selon le groupe des Radicaux de gauche du conseil régional d'Ile-de-France, le nombre d'automobilistes respectant la circulation alternée a été "divisé par deux par rapport à 2014". Pourtant, lorsque cette mesure est respectée, "c'est 20% de pollution en moins et jusqu'à 6% de baisse des taux de particules", selon le groupe écologiste de Paris.

48.000 décès par an

Afin de "confronter les Parisiens à la réalité" de la pollution et de ses conséquences sur la santé, la mairie de Paris a lancé une campagne en ligne sur le thème "La pollution automobile à Paris, il faut que ça s'arrête". Jeudi, Anne Hidalgo a appelé à "changer nos habitudes en matières de transports urbains". 

Les particules en suspension dans l'air, générées par les effluents de la combustion du bois, des carburants et des vapeurs industrielles, pénètrent dans les voies respiratoires et le sang, et peuvent provoquent des cancers, de l'asthme, des allergies ou des maladies cardio-vasculaires. Selon l'agence Santé publique France, plus de 48.000 décès par an pourraient être attribués aux particules fines.

Ségolène Royal, discrète jusqu'ici sur le sujet, a annoncé qu'elle proposerait plusieurs mesures en faveur des transports propres au Conseil des ministres, samedi.

Des mesures restrictives en région

Des mesures de restrictions de la circulation ont aussi été prises dans d'autres régions. Dans les Hauts-de-France, les vitesses maximales autorisées sont abaissées jusqu'à vendredi 06h. En Franche-Comté, la vitesse maximale autorisée, restera réduite vendredi sur le tronçon de l'autoroute A36 traversant l'aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt-Delle.

Face à la durée exceptionnelle de cet épisode de pollution, le groupe écologiste de Paris a réclamé un week-end sans voiture dans la capitale. De leur côté, des élus et associations des vallées alpines ont réclamé "un arrêt temporaire du trafic international de transit des marchandises dans les vallées alpines" et un "report du transport des marchandises vers le rail".

M.L. avec AFP