BFMTV

La plus vieille forêt du monde découverte près de New York

Photo d'illustration

Photo d'illustration - Frederick Florin - AFP

Cette découverte permettra aux chercheurs de comprendre comment la surface de la Terre et son climat ont été transformés par l'apparition des arbres.

Elle aurait abrité de nombreux animaux primitifs. La plus vieille forêt fossilisée du monde - ou en tout cas, ce qu'il en reste - a été découverte dans une carrière de grès de l'État de New York, aux États-Unis, rapporte The Guardian. Selon les scientifiques, cette forêt se serait étendue de la Grosse Pomme jusqu'à la Pennsylvanie. Vieille de 386 millions d'années, elle bat ainsi le record de la forêt fossile de Gilboa, elle aussi située dans l'État de New York, plus jeune qu'elle de deux ou trois millions d'années.

La découverte de forêts fossiles comme celles là, qui restent extrêmement rares, permet ainsi aux scientifiques de comprendre comment ces immenses groupements d'arbres ont transformé la surface de la Terre au fil du temps.

"Pour comprendre comment les arbres ont commencé à aspirer du dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère, nous avons besoin de comprendre l'écologie et les écosystèmes des très anciennes forêts", a expliqué au Guardian Chris Berry, chercheur à la faculté des Sciences de la Terre et de l'Océan de l'Université de Cardiff.

Avant l'émergence des premières forêts, le niveau de CO2 dans l'atmosphère était en effet beaucoup plus élevé que maintenant. La surface de la terre était également bien plus chaude et les calottes glaciaires n'existaient pas avant la période dévonienne, il y a 350 millions d'années. "Nous commençons vraiment à cerner la transition de la Terre en planète forestière", assure Chris Berry.

Pas de dinosaures, mais de gros insectes primitifs

Mais à quoi ressemblait cette forêt? Eh bien à rien que l'on ne connaisse aujourd'hui, puisqu'elle était composée d'arbres aujourd'hui disparus, comme l'explique le quotidien britannique. On y trouvait notamment des Cladoxylopsids, des arbres sans feuille à la base gonflée et aux branches ressemblant à des morceaux de céleris. S'y trouvaient également des Archaeopteris, des sortes de pins possédant des feuilles de fougère à la place des épines. "Ce n'est pas un arbre moderne", explique Chris Berry.

Outre des arbres aujourd'hui éteints, la forêt découverte regorgeait d'insectes primitifs, tels que des myriapodes. Aucune chance cependant de tomber, au détour d'un arbre, sur des dinosaures, apparus 150 millions d'années après cette forêt new-yorkaise.

Juliette Mitoyen