BFMTV

Incendies dans le Var: le préfet se dit "inquiet"

L'incendie vu depuis la plage de Gigaro, à La Croix-Valmer

L'incendie vu depuis la plage de Gigaro, à La Croix-Valmer - BFMTV

Il se dit inquiet. Jean-Luc Videlaine, le préfet du Var, a donné ce mardi matin des précisions à BFMTV quant aux incendies qui ont éclaté lundi en fin de journée et ravagent depuis ce département de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Il assure être "inquiet de l'évolution de la situation". Trois pompiers ont été légèrement blessés et un autre plus sérieusement a été transféré vers Marseille.

"Les journées de ce mardi et de mercredi sont aussi inquiétantes que l'était celle de lundi puisque les conditions de sécheresse n'ont pas été modifiées et le vent se maintient."

Une réunion à Marseille

Jean-Luc Videlaine a indiqué que le département était en proie à deux grands incendies, "les plus intenses recensées sur la zone". Un premier du côté de La Croix-Valmer et Ramatuelle, une zone très prisée des touristes et vacanciers proche de Saint-Tropez, et un second dans le quart nord-ouest du département, à Artigues.
-
- © BFMTV

Le préfet a par ailleurs répondu aux critiques de certains soldats du feu qui se sont plaints du manque de déploiement des secours. Jean-Luc Videlaine a rappelé qu'au cours de la nuit, les moyens aériens ne pouvaient être utilisés mais que leur répartition, hélicoptères et avions bombardiers d'eau, ferait l'objet d'une réunion à Marseille et d'un arbitrage en fonction de l'évolution et de l'intensité des feux.

500 pompiers mobilisés

Du côté des moyens humains, il a rappelé que pour l'incendie de La Croix-Valmer et Ramatuelle, 300 pompiers étaient engagés ainsi que plusieurs dizaines de militaires de la gendarmerie nationale. Et à Artigues, "l'effectif dépasse les 200 sapeurs-pompiers".

Interrogé sur la question de feux de broussailles à l'origine de ces incendies, le préfet a assuré qu'il n'était "pas en mesure en l'instant d'incriminer qui que ce soit sur un non-respect des obligations de débroussaillage sur les sites concernés". Mais a indiqué qu'il était "opportun de rappeler que la plupart des feux sont d'origine humaine", précisant que pour Artigues, on pouvait "avoir des soupçons", le feu s'étant déclenché à proximité d'une route.

Sur les réseaux sociaux, les images postées des incendies sont impressionnantes.

Céline Hussonnois-Alaya