BFMTV

En Seine-Saint-Denis, les pompiers retardés par l'ouverture sauvage des bouches à incendie

-

- - Laurent EMMANUEL / AFP

En juin dernier, des bandes de jeune avaient forcé leur ouverture afin de se rafraîchir...

En juin dernier, les pompiers avaient prévenu: l’ouverture sauvage des bouches à incendie allait poser problème dans un futur proche. Pour rappel, en plein épisode caniculaire, plusieurs bandes de jeunes avaient illégalement forcé l’ouverture de ces bouches afin de se rafraîchir en pleine rue. 

Le week-end dernier, les habitants du quartier Pont-Blanc de Sevran (Seine-Saint-Denis) en ont fait l’expérience. Comme le rapporte Le Parisien, alertés pour un incendie, les pompiers ont dû s’y reprendre à trois fois pour se raccorder au réseau, retardant leur intervention d’un quart d’heure.Au final, cinq appartements ont été détruits par les flammes, définitivement éteintes plusieurs heures plus tard. 

Pour le lieutenant Yannick Pagnot en charge de opérations ce soir-là, la raison est toute trouvée: "C’est la répercussion du phénomène d’ouverture volontaire." "On a essayé de se raccorder à deux bouches à incendie défectueuses, on a perdu du temps dans le délai d’intervention".

Aucun habitant de l’immeuble n’a été blessé. Au total, 86 pompiers étaient mobilisés. L’un d’entre eux a été légèrement blessé au visage.

Hugo Septier