BFMTV

Il a fait 38°C ce week-end en Sibérie, un record qui alarme l'ONU

Une température de 38°C a été relevée à Verkhoïansk, en Russie, le 20 juin 2020.

Une température de 38°C a été relevée à Verkhoïansk, en Russie, le 20 juin 2020. - BFMTV

Des températures record ont été enregistrées cette semaine au nord du cercle polaire, avec notamment 38°C dans la région de Verkhoyanzk, en Sibérie.

C'est du jamais-vu à cette période de l'année en Sibérie. Le mercure est grimpé à 38°C ce samedi dans la région de Verkhoyanzk, une ville située au-delà du cercle polaire, à 4600 km au nord-est de Moscou. D'après le prévisionniste français Etienne Kapikian, il s'agit d'un "record absolu à la station" et au nord du cercle polaire arctique: le dernier datait du 25 juillet 1988 où une température de 37,3°C avait été enregistrée.

La mesure a été confirmée par un responsable du département d'hydrométéorologie et de surveillance de l'environnement de la région de Yakoutie, indique Météo France.

"Cette région a déjà connu des pics de chaleur comme celui-ci, mais pas aussi tôt dans l'année", assure l'institut.

+17°C par rapport aux normales

D'après le sécrétariat de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques, la température observée à Verkhoyanzk le 20 juin est de 17°C supérieure aux normales saisonnières. "Le réchauffement climatique s'accélère et il s'accélère encore plus vite dans certaines régions du monde", s'alarme l'organisation.

Dans un message publié sur Twitter, elle estime que la course vers la réduction des émissions de gaz à effet de serre est "une course pour notre survie".

Un printemps très précoce

Depuis le mois de mai, la Sibérie connaît un épisode de chaleur inédit avec des précipitations en hausse d'un tiers par rapport à la moyenne, des incendies dévastateurs et des floraisons très précoces.

L'hiver 2019-2020 avait déjà été "le plus chaud en Sibérie depuis le début des relevés, il y a 130 ans, avec des températures moyennes jusqu'à 6°C au-dessus des normales saisonnières", explique Marina Makarova, météorologue en chef de Guidrometsentr, l'agence météo russe. Puis, "le printemps est arrivé nettement plus tôt, en avril, avec des températures dépassant facilement (parfois) les 30°C", poursuit-elle.

Mélanie Rostagnat Journaliste BFMTV