BFMTV

En un siècle, le désert du Sahara s'est étendu de 10%

Dans le sud du Sahara marocain.

Dans le sud du Sahara marocain. - Fadel Senna - AFP

Signe de la raréfaction des pluies et du réchauffement climatique, le désert du Sahara a vu sa surface grandir de 10% en l'espace d'un siècle.

Depuis 1920, la surface du Sahara s'est étendue de 10%, grignotant des terres au nord et au sud, rapporte une étude américaine publiée dans le Journal of Climate, et relayée par le Figaro. Cette étude est la première à s'atteler aux impacts du réchauffement climatique sur les frontières du plus grand désert du monde. 

Selon les deux chercheurs de l'Université du Maryland à l'origine de cette étude, cette extension naturelle de la surface du Sahara, qui s'élève aujourd'hui à 8,6 millions de km², peut s'expliquer par plusieurs facteurs.

En Afrique, une différence d'évolution nord-sud

A commencer par la raréfaction des pluies dans cette région du globe, alors qu'elles ont, au contraire, augmenté en Afrique tropicale du sud.

En effet, d'après les chercheurs, l'étude des données pluviométriques relevées au XXe siècle et au début du XXIe siècle, démontre que les étés sont aujourd'hui plus chauds, et les hivers plus secs, et que l'augmentation de cette sécheresse est particulièrement significative dans la région d'Afrique du Nord et au Soudan, où les températures sont plus élevées.

Les pluies, déjà faibles dans les régions désertiques (moins de 25 centimètres d'eau par an) ont diminué dans le golfe de Guinée, et particulièrement dans la région des bassins des fleuves Niger et Congo, alors même qu'elles ont augmenté non loin de là, dans la région des Grands Lacs.

-
- © Google Earth

Moins de pluie, plus de sable 

Autrement dit, l'étude explique que le nord du continent africain, recouvert en grande partie par le Sahara, s'est davantage réchauffé que le sud de l'Afrique, et que cette tendance se vérifie à toutes les saisons. 

C'est cette raréfaction des eaux de pluie qui explique, selon les auteurs de l'étude, l'extension naturelle de 10% du désert du Sahara, bordé au sud par le Sahel semi-aride. Cette bande sahélienne voit à l'inverse sa surface se réduire, au profit du sable. En observant cette extension du désert sur un siècle par saisons, les chercheurs ont remarqué qu'en été, cette extension peut atteindre les 16%, confirmant donc ce lien entre manque de pluie et augmentation de la zone désertique.

Le réchauffement climatique en cause

Un lien de cause à effet qui serait lui-même entraîné par le réchauffement climatique. D'après les chercheurs, sur la totalité de la surface d'expansion du Sahara, les deux tiers sont liés aux cycles climatiques naturels. En revanche, le dernier tiers peut être imputable à l'impact des activités humaines sur les changements climatiques.

Les conséquences sur les populations de la zone sahélienne pourraient s'avérer désastreuses, puisque les écosystèmes locaux se retrouvent bouleversés, et ainsi les activités humaines liées à la terre. L'une des principales conséquences est observable au niveau du lac Tchad, qui s'assèche, et dont la superficie s'est considérablement réduite, comme en témoigne le visuel ci-dessous.

A.S.