BFMTV

Dérèglement climatique: après des intempéries extrêmes, la prise de conscience écologique

Vue aérienne des dégâts provoqués par les inondations à Iversheim, le 18 juillet 2021 en Allemagne

Vue aérienne des dégâts provoqués par les inondations à Iversheim, le 18 juillet 2021 en Allemagne - SEBASTIEN BOZON © 2019 AFP

Après des chaleurs extrêmes en Espagne et au Canada, les intempéries de ces dernières semaines ont entraîné des inondations meurtrières en Europe, offrant un aperçu dramatique de ce que le réchauffement climatique pouvait provoquer.

Plusieurs événements météorologiques extrêmes, aux conséquences désastreuses, ont été enregistrés ces dernières semaines dans des zones géographiques très différentes: des records de températures ont été mesurés au Canada - qui tente encore de contenir des incendies -, une vague de chaleur a touché l'Espagne avec plus de 40 degrés enregistrés à Madrid et Séville, et des pluies diluviennes se sont abattues sur l'Est de la France, la Belgique et l'Allemagne, entraînant des inondations importantes et faisant plusieurs dizaines de morts.

"La chronologie des dernières semaines est effrayante", a déclaré à Ouest-France ce week-end l'ex-ministre de l'Écologie Nicolas Hulot, citant "une fonte de la banquise antarctique comme on ne l'a jamais vue, des chaleurs inédites en Sibérie, une température insoutenable dans l'Ouest canadien, des incendies dramatiques dans l'Ouest américain, les crues meurtrières en Belgique et en Allemagne...".

"Chaque matin, l'histoire donne raison à l'écologie" et "les enfants qui naissent maintenant seront confrontés, dans trente ans, à un chaos monstrueux", déclare-t-il. Devant les dégâts dans son pays, la chancelière allemande Angela Merkel, a également appelé dimanche à se "dépêcher, nous devons être plus rapides dans la lutte contre le changement climatique".

"À la fois avoir une intensification des sécheresses et une intensification des pluies"

Selon les experts, le réchauffement climatique accentue les phénomènes extrêmes, comme les températures folles et la sécheresse en cours dans l'Ouest des Etats-Unis, et au Canada. Mais il peut aussi contribuer aux fortes pluies connues ces dernières semaines en Europe.

"C'est un peu paradoxal, les gens ne comprennent pas toujours comment on peut à la fois avoir une intensification des sécheresses certaines années et une intensification des pluies qui conduit à des inondations d'autres années. Pourtant c'est cela qui risque d'accompagner le réchauffement en cours du climat", explique sur BFMTV Jean-Pascal Van Ypersele, professeur de climatologie et de sciences de l'environnement à Louvain (Belgique).

En effet, "lorsque l'atmosphère est plus chaude, elle peut contenir plus de vapeur d'eau. La physique nous dit que pour un degré de réchauffement, l'atmosphère peut contenir 7% en plus de vapeur d'eau", avait expliqué sur BFMTV Françoise Vimeux, climatologue à l'Institut de recherche pour le développement. "Donc lorsque l'on a une situation météorologique qui va créer une pluie ou un orage, et bien la quantité d'eau disponible dans l'atmosphère qui peut retomber sur notre tête est beaucoup plus importante".

Des phénomènes "plus fréquents et plus intenses"

En France, des records de pluies saisonnières ont été battus dès début juillet à Tours ou encore à Rennes, comme le notait Météo France. Sur l'Allemagne ou la Belgique aussi, certaines zones ont vu tomber "trois mois de précipitations au cours de la dernière semaine, donc on comprend bien que ces précipitations torrentielles se traduisent par des inondations importantes", explique à BFMTV Jean Jouzel, climatologue.

Il explique toutefois qu'il est pour le moment difficile de lier directement ces inondations au réchauffement climatique. En revanche, en parallèle des phénomènes météorologiques extrêmes observés, les inondations sont également dues "a eu une urbanisation probablement assez importante partout". Cela entraîne une imperméabilisation des sols, et "facilite les inondations. C'est l'ensemble des deux, mais le point de départ c'est météorologique", explique Jean Jouzel.

Et "ce que l'on sait c'est que ce type d'événements, on craint qu'ils ne se multiplient, ou qu'ils deviennent plus fréquents et plus intenses à mesure que le réchauffement climatique se met en place", souligne le climatologue.

"L'adaptation face aux conséquences du réchauffement climatique"

En ce sens, il est important d'agir sur deux plans en même temps: d'une part, la prévention des changements climatiques en eux-mêmes, avec la mise en place de mesures pour "décarbonner, quitter les combustibles fossiles le plus vite possible, parce que l'on sait que c'est la combustion des combustibles fossiles, associée au déboisement, qui conduit à ces émissions de CO2 qui perturbent le climat", déclare Jean-Pascal Van Ypersele.

D'autre part, préparer les populations et les territoires aux dérèglements climatiques à venir car même si des efforts pourraient être faits pour l'atténuer, il "faut aussi être conscient que le réchauffement climatique est inéluctable, nous prendrons au moins 1 degré d'ici 2050, au cours des trois prochaines décennies, le climat va changer, on ne peut pas arrêter ce réchauffement", rappelle Jean Jouzel. Une triste prédiction qui se retrouvait déjà dans le dernier rapport des experts climat de l'ONU.

Il est donc important de prendre des mesures comme la désimperméabilisation des sols, afin d'éviter au maximum les phénomènes d'inondations, mais aussi de s'interroger sur la reconstruction des bâtiments détruits par les intempéries, car "si on reconstruit à l'identique dans les mêmes régions, le risque reviendra probablement au cours des prochaines décennies", explique le climatologue.

L'ancien ministre Nicolas Hulot a ainsi appelé à un "effort de guerre" et à utiliser "tous les moyens économiques, scientifiques dont nous disposons, non pas pour revenir en arrière car le coup est parti et il est déjà trop tard, mais pour essayer d'en limiter les effets et de nous préparer à l'adaptation face aux conséquences du réchauffement climatique".
Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV