BFMTV

Bouches d'incendie ouvertes : 30 millions de litres gaspillés dans la métropole lilloise

Des enfants s'amusent sous des jets d'eau (photo d'illustration)

Des enfants s'amusent sous des jets d'eau (photo d'illustration) - Thomas Oliva - AFP

La mode de l'ouverture sauvage des bouches d'incendie aura eu des conséquences impressionnantes sur la consommation d'eau. Rien que sur la métropole lilloise, ce petit jeu a causé la perte de 30.000.000 litres.

C'était la grande mode apparue avec la canicule de ces derniers jours. Un peu partout en France, des bouches d'incendie étaient ouvertes illégalement afin de se rafraîchir et de s'amuser. Un geste aux conséquences notables pour la consommation: d'après la Voix du Nord, ce jeu a causé le gaspillage de pas moins de 30.000 m3 d'eau, rien que dans la métropole lilloise. L'équivalent de la consommation quotidienne d'une ville de 200.000 habitants, un peu moins que la population de Lille.

Des conséquences surtout pour les services de secours

Contrairement à ce qui était craint, les effets de ce vandalisme ont été minimes pour les particuliers, selon les Eaux du Nord, citées par le quotidien régional. Quelques baisses de pression ont été observées dans les quartiers où de nombreuses bornes ont été ouvertes, comme à Tourcoing et Roubaix. Certains immeubles ont également observé de courtes coupures.

En revanche, le phénomène a fortement touché les services de secours, débordés par les signalements de geysers. Rien que vendredi dernier, le 18 a reçu plus d'un millier d'appels, un préjudice pour les véritables urgences. De plus, l'alimentation de certaines bouches d'incendie particulièrement ciblées a dû être coupée. En cas d'incendie, les pompiers doivent faire rouvrir les bornes. Une dangereuse perte de temps.

Hélène Millard