BFMTV

Rencontre avec Koichi Shimahoshi, le nouveau dessinateur du Capitaine Albator

-

- - © 2015 by Leiji Matsumoto, Kouiti Shimaboshi (AKITASHOTEN, Japan)

ENTRETIEN - A l’occasion de son passage en France en mars dernier, le mangaka a accepté de répondre à nos questions et montre, dans une courte vidéo, comment dessiner Albator.

Albator, le corsaire de l’espace créé en 1969 par le mangaka Leiji Matsumoto, approche de la cinquantaine, mais ne montre aucun signe de faiblesse. Héros d’une poignée de dessins animés cultes des années 1980, il a fait le bonheur de plusieurs générations de spectateurs et de lecteurs.

Personnage clé de l’univers de Leiji Matsumoto (il apparaît dans une douzaine de ses séries), il est au centre d’une nouvelle série, Capitaine Albator: Dimension Voyage (trois tomes disponibles en français chez Kana). Scénarisées par Matsumoto lui-même, ses aventures sont désormais dessinées par Koichi Shimahoshi. A l’occasion de son passage en France en mars dernier, ce dernier a accepté de répondre aux questions de BFMTV.com et de nous apprendre à dessiner le capitaine Albator.

Quel est votre premier souvenir d’Albator?

La première oeuvre de Leiji Matsumoto que j’ai découverte est Galaxy Express 999. J’ai vu le film quand j’avais 19 ans. Après, j’ai découvert la série TV Albator. C’était une rediffusion.

Comment avez-vous été choisi pour reprendre les aventures d’Albator?

J’étais un grand fan de l’univers de Matsumoto et d’Albator. C’est mon éditeur, Akita Shoten, qui a eu l’idée de monter une nouvelle version d’Albator avec un jeune dessinateur. Et c’est moi qui aie été sélectionné.

Comment s’est déroulée la première rencontre avec Leiji Matsumoto?

J’étais tellement stressé que, franchement, je n’en garde pas beaucoup de souvenirs. J’étais presque désolé de le rencontrer, parce que pour moi il est comme un Dieu. Sans exagérer, je peux dire que j’ai rencontré un Dieu.

-
- © Kana

Comment se déroule la collaboration avec Leiji Matsumoto?

On travaille chapitre par chapitre. Pour chaque chapitre, Matsumoto écrit plus ou moins les grandes lignes de l’histoire, puis son agent et mon éditeur se réunissent régulièrement avec lui. Ils décident ensemble de l’histoire. Ensuite, ils m’envoient le scénario et c’est à moi de faire le storyboard et le découpage. Puis, je l’envoie à Monsieur Matsumoto. Il fait des demandes de correction. Je fais alors le crayonné, que je leur renvoie. On échange ainsi trois fois pour chaque chapitre.

Sur quoi portent les corrections de Leiji Matsumoto? Les personnages? Les vaisseaux? Les cadrages?

Tout dépend des cases et des chapitres, mais très souvent, il demande de corriger les lignes: les contours du nez des personnages féminins, les cils et les sourcils, la position de la blessure d’Albator. Sinon, il tient beaucoup aux détails des accessoires. Il me demande parfois des modifications sur les armes. Entre le premier et le troisième tome, le design des armes change. C’est Matsumoto qui cherche le design le plus approprié pour les personnages.
"Je fais tout pour ne pas décevoir les fans d'Albator"

Matsumoto dessine aussi dans la série?

Je lui passe les copies de mes planches. Matsumoto dessine directement sur ces copies et ajoute ses corrections.

Votre style est plus réaliste et détaillé que celui de Leiji Matsumoto...

Au début, Monsieur Matsumoto m’a demandé de faire des dessins différents des siens. Je voulais cependant m’approcher le plus possible de son style. J’ai tout fait pour l’être, même s’il me demande pas mal de modifications pour que je m’en éloigne. C’est pour cette raison qu’au fur et à mesure que les tomes avancent, mes dessins changent. J’ignore pour quelles raisons il a voulu que je dessine différemment. Peut être voulait-il voir son univers représenté par le style d’un jeune dessinateur.

-
- © © 2015 by Leiji Matsumoto, Kouiti Shimaboshi (AKITASHOTEN, Japan)

Comment dessine-t-on et s’approprie-t-on un personnage aussi culte qu’Albator?

La seule chose à laquelle je fasse attention est de ne pas gâcher le rêve, mais aussi l’image que les amateurs ont d’Albator. Ce personnage est très connu, il y a une grande attente. Comme je suis plus jeune que ceux qui ont découvert Albator dans les années 1970, je fais tout pour ne pas les décevoir.

Albator est un personnage mystérieux dans le manga de Leiji Matsumoto. Dans le tome 2 de Dimension Voyage, vous dévoilez son passé. Avez-vous appréhendé ce moment?

C’était une proposition de Monsieur Matsumoto. On en a besoin pour la suite de l’histoire. Le passé d’Albator est important pour expliquer certains moments de l’intrigue. Monsieur Matsumoto a aussi voulu que l’histoire puisse être lue par des jeunes d’aujourd’hui. Pour qu’ils puissent entrer plus facilement dans l’univers, il a donc pensé qu’il était important de montrer la vie d’Albator.

Les mangas de Leiji Matsumoto mêlent western et SF. Dans Dimension Voyage, la SF semble prendre le dessus sur le western. Est-ce volontaire?

Le western n’est pas laissé de côté. Tout dépend de la volonté de Monsieur Matsumoto. Il peut changer d’avis. Dans la suite de l’histoire, le western sera plus présent. On évoquera d’autres thématiques, comme la relation entre Albator et Toshiro. J’espère que ça va répondre à l’attente du public.

Découvrez la leçon de dessin de Koichi Shimahoshi: 

Jérôme Lachasse