BFMTV

Lyon: en attendant de pouvoir rouvrir, le musée des Confluences affine son dispositif sanitaire 

Le musée des Confluences, à Lyon.

Le musée des Confluences, à Lyon. - Ludovic MARIN / POOL / AFP

La direction du musée espère pouvoir ouvrir ses portes le 2 juin, sous réserve de l'autorisation des autorités compétentes.

"Le numérique nous a offert des alternatives, mais rien ne remplace le rapport sensible et intime des visiteurs avec les pièces exposées, l'expérience immersive d'une scénographie au service d'un propos." Ces mots sont ceux d'Hélène Lafont-Couturier, la directrice du musée des Confluences. L'établissement lyonnais, dont les portes sont closes depuis le 12 mars, espère pouvoir rouvrir le 2 juin, si les autorités donnent leur assentiment.

En attendant, la direction du lieu culturel a établi un plan de réouverture qu'elle souhaite en harmonie avec le respect des mesures sanitaires. Elle en révèle les grandes lignes dans un communiqué publié ce mercredi.

Des masques pour les plus de 12 ans

Impératif numéro 1 pour le musée: maîtriser les flux et assurer une circulation fluide. Ainsi, la direction entend limiter les jauges du musée et les espaces d'exposition - sans donner pour l'heure davantage de précisions -, et privilégier les réservations en ligne. En parallèle, le staff du musée imposera un sens de circulation et des "entrées et sorties différenciées". Si les accueils scolaires seront suspendus, ce ne sera pas le cas pour les groupes provenant de centres sociaux, dans la limite de 15 personnes maximum.

Sur le plan sanitaire, le musée demandera aux visiteurs de plus de 12 ans de porter un masque dans l'enceinte. "Selon les postes occupés", les agents de l'établissement pourront également être équipés de gants, de masques, voire de visières.

Un dispositif modulable

La direction du musée annonce en outre la désinfection des toilettes, des poignées, des rambardes et des ascenseurs toutes les demi-heures; la mise à disposition de gel hydroalcoolique à l'entrée du musée; le déploiement d'une signalétique spécifique ainsi que la "mise à distance" des objets à toucher ou manipuler.

Enfin, le lieu culturel prévient qu'il adaptera son dispositif aux "réalités du terrain" et annonce avoir commencé à repenser les parcours des prochaines expositions. Aucune d'entre elles n'a par ailleurs été annulée, précise le musée. L'exposition "Le monde en tête, la donation Antoine de Galbert" est pour sa part prolongée jusqu'au 31 août.

Florian Bouhot