BFMTV

Françoise Sagan: un livre inédit publié quinze ans après sa mort

Françoise Sagan, le 25 septembre 1987

Françoise Sagan, le 25 septembre 1987 - Mychele Daniau - AFP

Un roman de Françoise Sagan, écrit entre les années 1980 et 1990, paraît ce jeudi. Son fils a terminé le texte "en prenant soin de ne pas toucher au style".

C'était l'un des livres les plus attendus et les plus mystérieux de cette rentrée littéraire. Depuis juillet, l'annonce de ce livre conçu sous x faisait frémir le milieu de l'édition.

Son titre et son auteur ont enfin été dévoilés cette semaine: alors que beaucoup pariaient sur les mémoires de Brigitte Macron, c'est en fait un inédit de Françoise Sagan, l'autrice de Bonjour tristesse, qui sort en librairie ce jeudi 19 septembre. 

"Un petit travail d’orfèvre"

Intitulé Les Quatre coins du cœur (Plon), ce roman de 200 pages édité à 70.000 exemplaires a été conçu entre les années 1980 et 1990, selon L'Obs, mais est resté inachevé. Il a été terminé par son fils, Denis Westhoff, et la directrice de Plon, Sophie Charnavel "en prenant soin de ne pas toucher au style".

"Ça a été un petit travail d’orfèvre. Avec ses feuillets épars, le texte était comme un puzzle à remettre dans l’ordre. Mais nous n’avons opéré qu’un très léger travail de ‘'lissage'", a-t-elle indiqué à L'Obs.

"Un fond de tiroir"

Comme souvent dans les romans de Françoise Sagan, Les Quatre coins du cœur est une histoire d'amour entre trois personnages issus de la bourgeoisie.

Fils d'un riche industriel tourangeau ayant fait fortune dans les légumes, Ludovic Cresson est victime d'un terrible accident de voiture (on pense évidemment à celui qui failli coûter la vie à la romancière en avril 1957). Avant l'accident, son couple battait déjà de l'aile. Marie-Laure, son épouse "sophistiquée et sans culture" dédaigne cet homme diminué. La mère de Marie-Laure, Fanny (dont le mari Quentin est mort dans un accident d'avion) n'est pas insensible au charme de son gendre...

Si L'Obs relègue l'ouvrage a "un fond de tiroir", Le Monde livre sous la plume de Véronique Ovaldé une critique enthousiaste de ce texte posthume: "Perce à tout moment, sous la plume saignante de Sagan, une compassion sincère pour les petits animaux inconsolables et agités que nous sommes."

Jérôme Lachasse avec AFP