BFMTV

Les Toques blanches lyonnaises vont boycotter la Cité de la gastronomie

Les Toques blanches lyonnaises veulent boycotter la Cité de la gastronomie à Lyon.

Les Toques blanches lyonnaises veulent boycotter la Cité de la gastronomie à Lyon. - BFMTV

L'association, qui regroupe une centaine de chefs, a annoncé qu'elle ne participerait pas aux futurs événements de la Cité. Elle estime que ses cuisiniers ont été mis à l'écart.

C'est une absence de poids pour la Cité de la gastronomie. A quelques jours de son ouverture au Grand Hôtel-Dieu à Lyon, l'association des Toques blanches lyonnaises a annoncé qu'elle allait boycotter la Cité lors des futurs événements.

Des chefs oubliés?

La raison de cette colère? Une mise à l'écart de la centaine de chefs lyonnais qui composent l'association, selon son président Christophe Marguin.

"Il n’a pas été jugé opportun de présenter cette cité à l’ensemble des représentants des métiers de bouche et de la gastronomie locale (boulangers, pâtissiers, chocolatiers, fromagers, bouchers, poissonniers, charcutiers ou encore cuisiniers…)", écrit le président de l'association dans un communiqué.

A l'inverse "des représentants de la presse nationale et locale ainsi que plusieurs influenceurs" ont pu voir les lieux en avant-première, regrette-t-il.

"Une déception immense"

"Notre déception est immense de ne pas être considérés comme des 'acteurs de la gastronomie' par les fondateurs de cette Institution touristique… ", affirme Christophe Marguin. D'autant que de nombreux chefs se sont impliqués dans l'élaboration de ce lieu, dont des grands noms de la gastronomie, martèle le président des Toques blanches lyonnaises.

"Paul Bocuse, Pierre Orsi, Mathieu Viannay, Christophe Roure…, mais également des chefs de moindre renommée, se sont tous engagés à l’unisson pour partager leur expérience et leur expertise et voir ainsi naître, à Lyon, un haut lieu de référence gastronomique destiné au Grand Public", rappelle-t-il.
Benjamin Rieth