BFMTV

Vague de froid: comment protéger les animaux des zoos?

Risque de chute à cause du verglas, mangeoires glacées, mauvais courants d'air... Les soigneurs font leur possible pour protéger les animaux de la vague de froid qui sévit actuellement sur l'Hexagone.

Les animaux aussi subissent le froid mordant du "Moscou-Paris" qui souffle ces jours-ci sur l'Hexagone. Au zoo d'Amnéville en Moselle, il fait près de -7 degrés à l'extérieur ce lundi matin. Pas question donc pour Arenka, une petite femelle rhinocéros de trois semaines, de mettre le nez dehors.

"Arenka ne va pas sortir du tout de la journée, même cet après-midi. Ils annoncent -1, -2 degrés, il va faire beaucoup trop froid", explique à BFMTV son soigneur, Sébastien Grosse.

Les rhinocéros ont certes le cuir épais, mais fragile. "La peau peut sécher avec le vent et le froid, et les extrémités comme le bout de la queue ou des oreilles peuvent geler", prévient le soigneur. Si les adultes pourront faire un tour dehors dans l'après-midi, "une vingtaine de minutes le temps de prendre l'air et nettoyer leur litière", Arenka restera elle bien au chaud dans un bâtiment où la température a été montée à 17 degrés juste pour elle.

"On lui met beaucoup plus de foin que les autres pour qu'elle puisse se blottir dedans, (...) on met un peu plus de sciure au sol et on évite au maximum les courants d'air au sol, qui sont très dangereux pour elle vu qu'elle est toute petite", explique-t-il.

Risque de chutes et glissades

Seule précaution pour les rhinocéros adultes: casser le verglas qui s'est formé par endroits dans leur enclos extérieur, afin d'éviter une lourde chute. Le danger est encore plus grand pour les girafes, qui resteront elles aussi à l'abri ce lundi matin.

"Le risque pour une girafe est surtout une glissade, une chute à cause d'un sol verglacé, donc il faut vraiment éviter que le sol soit gelé au moment où elles sortent", détaille à BFMTV Hervé Santerre, directeur du zoo d'Amnéville.

Les animaux peuvent aussi attraper des virus, comme les humains.

"Tous les animaux sont aussi sensibles que nous. Les herbivores moins quand même, mais c'est vrai que les grands singes, les anthropoïdes comme les gorilles ou les orangs-outans sont vraiment sujets aux mêmes maladies que nous", acquiesce le directeur.

Le problème des rivières partiellement gelées

Au zoo de Thoiry dans les Yvelines, les rhinocéros restent dehors pour prendre le soleil mais les soigneurs ont pris soin de casser la glace des mangeoires, afin que tous les animaux puissent s'abreuver dans la journée. 

Tous ne sont pas logés à la même enseigne. L'enclos des lémuriens est par exemple une rivière naturelle, qui n'est gelée qu'à moitié.

"Cette glace est suffisamment épaisse pour que certaines espèces aient envie de marcher dessus, mais pas suffisamment pour qu'ils ne passent pas à travers. Le problème est que ça peut être fatal pour ces animaux-là", prévient Mathieu Descombes, responsable pédagogique adjoint du parc.

Seuls les lémuriens les plus aguerris ont donc le droit de sortir prendre l'air, pour quelques jours encore. La journée la plus froide de cet épisode est prévue pour mardi, avec des températures maximales dépassant rarement 0 degré.

Liv Audigane, avec Ashley Chevalier et Aymeric Barrault